L’alignement des planètes

Par Vendredi 14 août 2015 Permalink 21

L’alignement des planètes est décidément un concept fumeux d’astrologue se donnant des airs de scientifique. Notre devin président de la république et le gouvernement au talent tout aussi divinatoire croient percevoir des matins qui chantent en scrutant les étoiles. Et ils ont la berlue!

Il n’est vraiment pas facile pour le gouvernement d’obtenir des résultats en ne s’appuyant que sur des éléments externes. D’ailleurs, il ne les mérite pas. Mais le drame est que ce sont les français qui subissent son inaction criminelle.

Les taux bas, c’est Draghi. L’€ bas c’est Draghi+ les menaces de Yellen de remonter les taux longs américains. Le prix du pétrole dépend de considérations géopolitiques subies par la France. De fait toujours à la dérive , le pays sans barreur flotte encore mais au gré des courants. Si une tempête arrive, ce sera la catastrophe! Et les gros nuages noirs s’accumulent. La croissance nulle du deuxième trimestre risque de n’être qu’un avant goût de ce qui se met en place. Et l’horrible accélération de la dette publique interdit tout soutien artificiel.

Le pouvoir en trois ans n’a pas fait ses preuves et le citoyen est bien en peine quand il cherche à avoir un peu d’optimisme pour l’avenir. Avec « La France a tout pour réussir », la voix émasculée du speaker sur BFM Business n’annonçait déjà rien de très conquérant! Et de fait, c’est de pire en pire…

Dans ces conditions, la question se pose de savoir s’il faut attendre encore deux ans pour retourner choisir une autre politique nationale. Tout devrait provoquer la démission du gouvernement et d’abord ses échecs continuels sur le plan économique. Mais la constitution le préserve de cette remise en causse démocratique et il semble ne faire aucun cas des français du moment qu’il se maintient aux affaires le plus longtemps possible. L’inefficient Rebsamen qui fait tout pour rester ministre quelques jours de plus est un bel exemple!

Entre la très molle croissance américaine et la crise économique chinoise, le second semestre 2015 s’annonce sous les pires auspices. Certains soutiendront qu’il ne faut pas ajouter à ces futurs difficultés une crise politique. Mais l’exercice de la démocratie par le peuple n’est pas une crise, au contraire, c’est la justification de la fameuse phrase de Churchill « la démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres… » Mais est-on encore dans le cadre de ce régime? Les 20%, à peine, d’opinions favorables depuis des mois concernant François Hollande ébauchent la réponse…

Frédéric Le Quer