Laïcité, le débat pipé

Par Vendredi 12 décembre 2014 Permalink 35

La société française, telle cette église d’Auvers de Van Gogh, est inquiétante et instable. Une simple crèche de Noel remettrait en cause la laïcité! Ses soubresauts sont pathétiques, son suicide tragique, comme celui du peintre, d’une balle de revolver dans la poitrine, dont l’agonie dura si longtemps.

Le pays agonise en ce moment car il ne se remet pas du changement de population en cours et son corollaire la disparition de la chrétienté avec son remplacement par l’Islam. Son malaise déborde tant que l’iconographie de la naissance de Jésus mise en scène dans une mairie crée des tensions picrocholines. Les beaux esprits se targuent de la neutralité confessionnelle de l’état pour critiquer les signes religieux dans un hôtel de ville. Mais on ne les entend pas pour s’offusquer de l’interdiction de fait du porc dans les cantines scolaires ou de l’acceptation du voile islamique dans les lieux publics ou de la subvention de mosquée par les municipalités en contradiction flagrante avec l’article 2 de la loi de 1905!

Mais la laïcité n’est invoquée que pour faire reculer la culture chrétienne en France. Cette lutte trouvait sa justification au XIXe siècle par le sectarisme de l’église et ses attaques continuelles contre la république. Mais dorénavant, s’offusquer de quelques bouts de ficelles de religion mis en avant par des maires qui ont été élus par leurs concitoyens, revient à tirer sur une ambulance! Le combat est d’arrière garde à l’heure où des églises, comme  la basilique de Saint Denis, par exemple, ne proposent même plus un office religieux par semaine. La lutte est déséquilibrée à l’heure où les curés disparaissent. La bataille est vaine à l’heure où plus personne ne regarde un tableau ancien imprégné d’histoires bibliques car devenu totalement incompréhensible.

La laïcité est le cheval de Troie de la religion musulmane. Ses tenants passionnés, comme la franc-maçonnerie, aux arguments si écoutés en ce moment, refusent toute remise en question de leur engagement anticlérical du passé. Ils agissent comme le bâtisseur de la ligne Maginot, édifiant des fortifications inutiles car complètement dépassées. Et la France perd sa culture en déracinant toujours plus sa population.

Frédéric Le Quer

35