La reprise sans emploi

Par Jeudi 26 mars 2015 Permalink 41

Il en va des concepts comme il en va de la mode, ils sont tendances pendant un temps avant d’être has been puis totalement ridicules. Il y en a un actuellement qui a le vent en poupe, particulièrement chez les manipulateurs d’opinion au service de l’économie ultralibérale, c’est la reprise sans emploi. Si le but d’une reprise est de permettre aux populations de gagner de l’argent, on ne voit pas bien comment sans emploi elle pourrait y arriver… Et pourtant apparemment il y aura quand même reprise… Le mystère est alors total!

Pendant la crise les plus riches ont continué à s’enrichir grâce à des multiples de valorisation qui se sont envolés. Le PER en bourse, en passant de dix à vingt a permis à l’actionnaire  de voir doubler son patrimoine sans que pour autant l’entreprise réalise plus de bénéfices. Le créancier a vu aussi son patrimoine bondir avec les rachats de dettes souveraines par les banques centrales qui a entraîné l’augmentation exponentiel de leur valeur, politique qui un jour ou l’autre aboutira à la ruine des populations.

Le travailleur n’a en général rien vu du tout! Mais il espérait que lors de la reprise qui devait forcément arriver grâce aux cycles économiques,  autre concept fumeux particulièrement utile à tous les velléitaires comme François Hollande qui les dédouane de leur inaction, il aurait l’occasion de se refaire une santé en engrangeant enfin un peu d’argent. Patatras! C’est la reprise sans emploi!

Pour ce qui est de la reprise, personne ne sait très bien ce qu’elle représente; il semblerait aux dernières nouvelles que l’optimisme, il fait beau, les oiseaux chantent, c’est le printemps, soit l’indicateur clé! En revanche pour ce qui est de la partie sans emploi, les choses sont bien plus objectives. Les 10% de chômeurs ont été dépassés en catégorie A en métropole en mars. Les gens pourraient alors au vu des chiffres se dire que la reprise n’est pas encore pour maintenant… Que nenni, la reprise est là, bien là mais elle ne justifie non seulement aucune embauche mais surtout la continuation des licenciements! C’est la reprise sans emploi.

Il faut donc en conclure qu’après s’être enrichis toujours plus pendant la crise, les mêmes, après la crise continuent à s’enrichir; c’est le reprise de l’enrichissement… Quant aux autres, circulez! C’est la reprise sans emploi, ça ne vous concerne pas!

Frédéric Le Quer