La proie des intégristes religieux

Par Jeudi 19 mai 2016 Permalink 1

« La France est clairement visée par le groupe État Islamique qui pourrait mener une campagne terroriste » a déclaré ce matin le patron de la Direction générale de la Sécurité Intérieure. Après quelques mois de répit, l’attentat qui vient de faire exploser en vol l’avion allant de Paris au Caire, rappelle que notre pays est la proie des intégristes religieux.

Mais quel supporter étranger va oser venir voir les matchs de football de l’Euro 2016? La question doit drôlement tarabuster les organisateurs et le gouvernement qui comptait un peu sur cette compétition pour voir croître le PIB! Le danger terroriste n’est absolument pas maîtrisé et l’aréoport de  Roissy semble se révéler incapable de pratiquer un contrôle sécurisant des passagers et des bagages. Personne n’en sera surpris hormis les experts médiatiques. Tous les passagers l’ayant emprunté savent bien que l’endroit est entièrement tenu par des employés africains ou d’origine africaine au sens large. La majorité est naturellement honnête mais les brebis galeuses existent compte tenu du recrutement pratiqué. Les exploits récents des bagagistes voleurs et extrémistes islamiques qui ont défrayé la chronique judiciaire en sont la preuve. La direction n’en a jamais tiré aucune conclusion et l’aéroport est noyauté par des intégristes religieux.

Mais Roissy-Charles De Gaulle est loin d’avoir le monopole de ce genre de travailleurs. De nombreux endroits publics sont surveillés de la même façon. La majorité, presque tous… Dans le secteur de la surveillance privée la mixité n’existe pas. Pratiquement jamais de blancs pour contrôler les sacs à l’entrée d’un espace public. Cette peur d’avoir l’air raciste est criminelle! Tous les emplois devraient pouvoir être accessibles à tous.

Encore une histoire de bonne conscience! En tout cas la bombe qui vient de faire des dizaines de victimes a été placée en France, pas en Égypte, pas ailleurs. Mais quand le gouvernement se décidera-t-il à protéger les français et à regarder les choses en face?

Frédéric Le Quer