La Pologne hérisse le poil bruxellois

Par Jeudi 21 décembre 2017 Permalink 7

La cour suprême en Pologne est pour nous à la fois un conseil d’état, une cour de cassation, un conseil constitutionnel. La nomination de ses membres et de ceux du conseil national de la magistrature effraient la commission de Bruxelles qui la trouve trop partiale. Tous les juges seront in fine à l’avenir issus de choix parlementaires. Les élus polonais guère en osmose avec Bruxelles risquent de ne pas choisir des fonctionnaires très europhiles…

Cette réforme serait donc une attaque frontale contre l’état de droit. Est ce que le choix de parlementaires élus par le peuple, choix d’ailleurs à la majorité renforcée des trois cinquième comme l’a voulu le président polonais, est forcément si antidémocratique? Est ce que l’arrivée à de hauts postes juridictionnels de magistrats formatés par un milieu et promu par celui-ci garanti un meilleur exercice de la démocratie? Poser les questions revient à y répondre. Plus que la loi en tant que telle, c’est du premier ministre et de son gouvernement dont Bruxelles et en particulier le président polonais du conseil européen Donald Tusk, ennemi politique de Beata Szydło, au pouvoir dans son pays, ne veulent plus à aucun prix. L’Union Européenne s’immisce dans les affaires intérieures d’un pays qui se croyait souverain! Là encore pointe, derrière tout ça, l’immigrationnisme obstiné d’une union qui aime à détruire les sentiments nationaux. Les polonais qui, pour une fois dans leur histoire, ont enfin des frontières stables, veulent être maîtres de laisser entrer qui bon leur semble sur leur territoire et cette aspiration énerve les mondialistes qui dirigent le continent.

Je souhaite bonne chance au polonais! Mais compte tenu du tour que prend la situation géopolitique en Europe centrale, il n’y a pas de quoi s’inquiéter pour eux tant de nombreux états et pas seulement la Hongrie comme les médias veulent nous le faire croire, sont derrière et avec eux. Bruxelles aboie. La caravane des pays libres et souverains est en train de passer.

Frédéric Le Quer