La paix de Noël

Par Vendredi 23 décembre 2016 Permalink 1

Depuis le début des quatre semaines correspondant à la période de l’Avent, les chrétiens célèbrent la promesse de paix que la naissance du Christ laisse présager. A Bethléem, Dieu s’est fait homme ! A ces derniers dorénavant de savoir aimer en l’entendant. Mais cette fin d’année reflète à l’opposé une guerre de plus en plus plausible, bientôt, dans quelques mois, quelques années.

Certains considèrent même déjà le théâtre des opérations militaires au moyen-orient comme celui d’une troisième guerre mondiale. Evidemment c’est exagéré comme tout ce qu’on nous raconte sur ce qui se passe là-bas. La propagande cherche à justifier ses positions belliqueuses pour permettre à la caste dominante de reprendre en main fermement des occidentaux rebelles à ce vers quoi on les pousse. Alors, 2016 a commencé à témoigner de leur résistance avec une expression démocratique prouvant son rejet clair de la nomenclature. Le Royaume Uni a bien entendu le message. L’Italie fait la sourde oreille en reconduisant les mêmes, à Renzi près, que ceux à qui le peuple a dit non. Cette attitude ne peut que mal finir.

Personne ne sait très bien comment l’administration Trump va diriger. La bourse est heureuse, l’argent coule à flot, plus personne n’investit dans rien car les entreprises sont bien plus certaines de gagner de l’argent en faisant de l’ingénierie financière. Cette méthode trouvera obligatoirement ses limites, mais pour le moment les riches se gavent et prennent l’oseille avant de se tirer. Trump annonce en écho à Poutine un renforcement de l’arme nucléaire. Gageons que l’arsenal atomique de la Chine fera bientôt aussi l’actualité!

Les populistes sont politiquement les seuls à être sensibles aux aspirations pacifiques des populations. Leur souverainisme incite à laisser chaque pays s’occuper de ses affaires. L’ingérence, c’est la guerre car elle est couplée à l’ignorance crasse des particularismes nationaux. La paix passera par le retour des frontières alors que la mondialisation nous mène droit vers un conflit planétaire.

Frédéric Le Quer