La mondialisation en péril car dans l’erreur

Par Lundi 12 octobre 2015 Permalink 22

La mondialisation est vue comme la libération des échanges commerciaux grâce au rapprochement entre les hommes. Cette dernière proposition, rapprochement des hommes, en fait évidemment un mouvement bénéfique et fraternel digne des humanistes de la Renaissance, Rabelais pour qui rien de ce qui est humain n’est étranger, l’empathie, etc, etc… Seulement actuellement, ce n’est guère un resserrement des liens que l’on voit à l’échelle planétaire mais au contraire on voit une terre qui se rabougrit inexorablement pour le voyageur malgré les moyens extraordinaires à sa disposition pour se déplacer.

La carte officiel de France Diplomatie du 8 octobre en dit long:

Aucun pays d’Afrique n’est en vigilance normale. Même le sud et l’ouest son au mieux en vigilance renforcée. De la Mauritanie à la Somalie, tout est formellement déconseillé.

Concernant le monde musulman, malgré la bienveillance des services du quai d’Orsay qui mettent la Tunisie seulement en vigilance renforcée, tous les pays sont propices à de grandes difficultés pour le voyageur à l’exception du Maroc, d’Oman, des Emirats Arabes Unis et du Koweït

Concernant l’Asie et l’Océanie, si l’on va en Chine, en Corée du sud, au Japon, en Malaisie, à Singapour, en Australie, ou en Nouvelle Zélande tout est susceptible de bien se passer. Tout le reste demandera une vigilance renforcée ou beaucoup plus avec l’Afghanistan, le Pakistan, le nord ouest de l’Inde, des endroits en Thaïlande, le Bangladesh, l’Indonésie ou de petites régions formellement déconseillés.

Hormis l’Argentine, aucun pays d’Amérique du sud est en vigilance normale. Tous sont comme le Brésil au mieux en vigilance renforcée mais certains endroits au Pérou, en Colombie ou au Mexique sont formellement déconseillés.

En Europe, l’Azerbaïdjan, l’Arménie, la Géorgie, la Crimée, l’extrême sud de la Russie, l’Ukraine ne sont pas non plus conseillés voir carrément proscrits. Par ailleurs cette carte peut-être mal actualisée ne déconseille pas la Turquie mais qui osera s’y aventurer en touriste en ce moment?

Il n’est pas question ici d’envisager une troisième guerre mondiale comme le font les médias pour effrayer l’électeur et le pousser à bien voter, c’est à dire pour les partis pro européens gouvernant habituellement pris constamment en échec à l’aune de leur politique. La stratégie de la dramatisation est celle de l’Union Européenne, hors de l’église bruxelloise, point de salut! Mais il est au contraire remarquable de voir cette mondialisation tant vantée accentuer les clivages entre les peuples au lieu de les unir. A force de vouloir les uniformiser, ceux-ci se braquent rejettent ce qu’il leur est imposé et se révoltent pour garder leurs racines que la globalisation cherche à sectionner à marche forcée.

Frédéric Le Quer