La déradicalisation des islamistes

Par Vendredi 24 mars 2017 Permalink 3

L’attentat de Westminster montre encore une fois qu’il est impossible d’empêcher les islamistes de nuire avec de bons sentiments. L’enfermement et le bannissement sont les seuls moyens efficaces pour sécuriser la population. Repérer ces criminels sans agir fermement sous prétexte de bons sentiments se révèle mettre les gens en danger. Les tentatives de déradicalisation échouent systématiquement. Le programme français est emblématique du « fiasco complet » dixit le sénateur Philippe Bas, auquel ces expériences aboutissent.

C’était il y a moins d’un an. Le gouvernement à grand renfort d’annonces dans les médias promettaient, grâce à son plan consistant à installer un centre par région, la déradicalisation des islamistes en voie de perdition. Il ne s’agissait plus de les stigmatiser mais de les guérir! Une idée noble, humaniste, fraternelle, comme la gauche aime. Depuis un rapport parlementaire sorti en février sans tambour ni trompette, l’évidence saute aux yeux: ça ne marche pas. L’état avait repéré 8250 islamistes acharnés auxquels il voulait prêcher la bonne parole durant un programme de dix mois. 9 d’entre eux seulement ont daigné démarrer le programme dans un château du XVIIIe siècle du centre de la France à Pontourny. Aucun ne l’a fini, certains cherchant en même temps résolument à partir en Syrie!!! Les locaux sont dorénavant vides d’islamistes mais occupé par 27 personnes, dont cinq psychologues, un psychiatre et neuf éducateurs, pour un coût annuel de 2,5 M €. La manne des deniers publics est aussi retombée sur diverses associations et organisations non gouvernementales qui se sont bien gavées malgré les déficits de la France, sans aucun résultat tangible non plus.

Les islamistes n’étant pas solubles dans les démocraties occidentales, soit ils doivent disparaître, soit ce sera nous. La parcellisation du territoire français s’accentue. Des prières de rue ont lieu en ce moment ostensiblement à Clichy (92). Le Francistan est une réalité dans bien des endroits. Macron, Mélenchon, Hamon n’y trouvent rien à redire. Ces candidats à la présidentielle représentent un danger pour l’intégrité du pays.

Frédéric Le Quer

PS: voir https://www.senat.fr/controle/dossier/2015/6921.html

PS: voir aussi l’article du Gatestone Institute sur la question de la déradicalisation.