La crise des migrants est voulue par l’UE

Par Mercredi 28 octobre 2015 Permalink 3

Les thuriféraires de Bruxelles comparent dorénavant la crise des migrants avec le… Liban! Que les européens se rassurent donc, les arrivées sur leur continent ne sont rien à coté de celles que connait ce petit pays avec presque un million et de demi de migrants sur une population de quatre millions trois cent mille habitants. Vraiment les européens ont tort de râler, l’Union Européenne leur évite le pire!

Evidemment pour être dans les mêmes proportions que ce pauvre Liban il nous faudrait recevoir cent cinquante millions de syriens… Des arguments de plus en plus lamentables venus de l’Union Européenne nourrissent le débat sur le sort économique et culturel réservé à l’Europe. Mais les questions restent sans réponse. Qu’est-ce que la France va faire de tous ses immigrés alors qu’elle détruit mois après mois plus d’emplois qu’elle n’en crée. Jusqu’où va grossir le plus grand camp de réfugié d’Europe à Calais? Que va faire le gouvernement allemand devant la contestation de son peuple qui semaine après semaine ne se dément pas vis à vis de sa politique migratoire? L’inconséquence est aujourd’hui élevé au rang de générosité alors qu’elle représente un acte criminel envers les citoyens.

A une seule question la réponse est claire: Pourquoi les dirigeants européens prennent -ils un air scandalisé et offusqué quand certains veulent édifier des murs aux frontières? Parce que ça marche. Aussi les pays du centre de l’Europe se mettent à les construire. La Hongrie n’a dorénavant plus chez elle de migrants depuis la fermeture de sa frontière avec la Serbie. L’Autriche va édifier une barrière le long de sa frontière avec la Slovénie. La Slovénie de son coté veut en édifier une avec la Croatie. Rien que dimanche la Croatie a vu l’arrivée de 9000 réfugiés. Les Balkans sont au bord de l’explosion. L’Europe malgré des réunions ininterrompues entre dirigeants et fonctionnaires ne fait strictement rien car le laxisme favorise son idéologie.

La crise des migrants est bien sur fabriquée de toute pièce grâce aux options militaires prises au moyen-orient et à la volonté délibérée de faire rentrer sur le sol européen des millions d’individus. La déstabilisation du continent montre que son pire ennemi se trouve à Bruxelles puisque l’Union Européenne refuse de se donner les moyens de tout arrêter immédiatement. C’est tragique car c’est évidemment possible.

Frédéric Le Quer