La corruption des élites

Par Lundi 24 octobre 2016 Permalink 6

Peut-être finira-t-il par émerger en France une vision globale de la situation du pays? Des petites tâches de couleur pur juxtaposées sont ainsi déposées par la presse mais surtout les maisons d’édition finissant par représenter un tableau cohérent de la corruption des élites et de ses conséquences. Ainsi la semaine dernière la parution du livre concernant les liens de notre personnel politique vendu au Qatar et à l’Arabie Saoudite a fait un certain bruit même si des organes de presse en Afrique le dénonce depuis longtemps.

Intellectuels, style Emmanuel Tod ou Régis Debray, politiciens de Jean-Marie Le Guen à Dominique de Villepin en passant par des très proches de Jean-Marc Ayrault (nos premier ministres sont bien représentés!), passent donc à la caisse à l’ambassade du Qatar à coté de la place Charles De Gaulle. On se souvient que le quinquennat avait commencé avec les scandales des parlementaires réfractaires à l’impôt, du menu fretin! Il finit avec cette fois du lourd, des hommes de premier plan. Ce n’est pas vraiment étonnant, Trierweiler narrait déjà les goûts de Sarkozy et Hollande pour les belles demeures au Maroc offertes par le roi!

Mais il est bon maintenant d’essayer d’additionner 1 + 1. Nos dirigeants se vendent avec empressement aux riches musulmans sunnites qui n’ont pas besoin de venir les chercher tant la corruption est endémique. Tous les terroristes en France sont des musulmans sunnites. Toutes les racailles de quartiers, ceux que le ministre de l’intérieur tente de dédouaner en les appelant des sauvageons, sont des musulmans sunnites. Ces individus, des terroristes aux racailles, sont financés par des associations sunnites du moyen-orient. Leurs mosquées sont aussi financées par elles avec un gros backchich à la clé pour les élus qui en mettent partout.

L’envahissement migratoire qu’on étale ces jours-ci sur tout le territoire en diluant la jungle de Calais, ne peut être contrôlé par ces gens qui s’enrichissent sur le dos des victimes du terrorisme, sur le dos de ces policiers attaqués par des hordes de voyous qui se sentent d’autant plus à l’aise, sûrs de leur impunité, qu’ils savent que ce sont les leurs qui paient le personnel politique à coup de vacances gratuites et d’épaisses enveloppes. Le chef d’état nous fait croire qu’en s’en prenant aux chiites syriens on réglera le terrorisme sunnite. Le chef d’état refuse de livrer deux Mistral à la Russie alors qu’il court ventre à terre aux obsèques d’un tyran saoudien sunnite par définition.

Avec ces petites tâches de peintures sur le tableau de la comédie des dirigeants, en s’éloignant un peu, le citoyen finit par comprendre ce qui entraîne son pays vers la dislocation. A qui profite tous ces meurtres à l’encontre des français? Un peu à ceux qui les dirigent, vous ne croyez pas?

Frédéric Le Quer