La Chine et l’Inde

Par Jeudi 14 mai 2015 Permalink 17

Il existe une grande partie du monde où les américains sont en train d’être laissés de coté. La Chine, l’Inde, la Russie s’organisent entre eux, à l’abri d’occidentaux qui, petit à petit, perdent de leur superbe. Aujourd’hui a lieu en Chine une visite au sommet du dirigeant indien, Narendra Modi, après leur rencontre en septembre dernier en Inde.

Sans doute, il serait plus approprié de le qualifier d’abord d’hindou. L’homme est un nationaliste qui a combattu avec la plus grande fermeté (certains ont parlé de pogrom) quand il était aux affaires de sa province frontalière, le Gujarat,  les minorités musulmanes. Il dirige dorénavant plus d’1/6e de la population du globe. Ses prises de position systématiquement souverainistes horripilent les mondialisants occidentaux. Evidemment, la population fière de sa culture, l’a porté à la tête de son pays. Mais l’Inde fait toujours économiquement plutôt pâle figure à coté de la Chine. Elle espère toutefois vendre aux chinois sa technologie de pointe dans les secteurs de la pharmacie ou de l’informatique, par exemple.

Le président chinois, Xi Jinping, qui vient de renforcer, il y a quelques jours, avec son homologue Vladimir Poutine, la ceinture économique de la route de la soie, s’apprête donc à recevoir, dans sa province natale, le président de l’Inde. La stabilité, le développement et la prospérité en Asie sont les buts officiellement recherchés. La Chine avec son secteur manufacturier a un énorme excédent commercial vis à vis de l’Inde qui a des besoins pour des infrastructures routières et ferroviaires.

Derrière le commerce, il s’agit aussi de contrebalancer l’influence américaine dans toute la région. Et pour ça, les deux pays n’hésitent pas faire l »impasse sur leurs divergences territoriales laissées opportunément en suspens. Ces chefs d’état qui défendent avec acharnement et fierté l’histoire et la culture de leur pays, s’imposent maintenant comme les hérauts de leur peuple, loin des démissions de dirigeants occidentaux égarés dans un melting pot mortifère.

Frédéric Le Quer