La Catalogne à un tournant

Par Samedi 12 septembre 2015 Permalink 9

La Catalogne vote le 27 septembre prochain pour élire son parlement et ce n’est pas un scrutin de plus, inutile, sans saveur, sans odeur. Les indépendantistes qui étaient plus d’un million à défiler hier, ont de bonnes chances d’obtenir la majorité absolue ce qui devrait rendre le processus d’une Catalogne libre et indépendante irréversible.

Si, pour le moment, les sondages les créditent seulement d’une courte avance (mais on sait ce qu’ils valent!), un acronyme a toutefois déjà été trouvé pour désigner cet élan populaire, le catexit. « Trois cents ans, ça suffit », pouvait-on entendre dans le défilé. Le début du XVIIIe siècle qui a vu les Bourbons prendre une ville de Barcelone soutenue par les Habsbourg, a sonné le glas de la grandeur politique de la région. Mais celle-ci s’en est remise depuis longtemps et bien que très endettée,  la Catalogne représente maintenant à elle seule un cinquième de l’économie espagnole. Elle est riche de son industrie et riche de son tourisme et ses habitants ont le sentiment d’avoir à tracter le reste de l’Espagne sans en tirer le moindre avantage. Evidemment, le gouvernement Rajoy à Madrid est vent debout contre cette solution d’indépendance.

A vrai dire, la partie serait déjà jouée si il n’y avait pas l’Union Européenne. Cette association politico-économique fera tout pour conserver la Catalogne dans l’Espagne. La démocratie n’est pas son fort et seul son objectif de la soumission des peuples européens à Bruxelles compte. La sécession pourrait remettre en cause le maintien de la région, locomotive de l’Espagne, dans la monnaie unique et l’Union européenne. Des menaces larvées en découlent comme celles pour les grandes entreprises comme les banques CaixaBank ou le groupe de prêt-à-porter Mango de ne pas maintenir leurs sièges en Catalogne ou une rupture diplomatique entre Barcelone et Madrid. Les notes des agences de notation reflètent ces craintes, voire les accentuent. Moody’s et Standard and Poor’s classent ainsi dorénavant la Catalogne parmi les investissements spéculatifs.

Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est la grande épée de Damoclès au-dessus de la tête de l’UE. Aussi celle-ci utilise l’arme de la propagande, servie intensément par des médias aux ordres, pour influencer les populations pas toujours très résistantes aux diverses manipulations psychologiques. Ces élections peuvent représenter un tournant décisif vers une reprise en main démocratique si les catalans en ont la force. C’est important pour eux… mais pas seulement!

Frédéric Le Quer