Juppé, l’indéboulonnable

Par Samedi 4 mars 2017 Permalink 1

Il fallait que ce soit Juppé! Les électeurs des primaires s’étaient évertués à faire mentir les sondages manipulés (pléonasme!) en élisant Fillon. Big bang politique! Le plan de l’oligarchie se cassait la figure sur un programme aux tendances souverainistes d’un candidat mal adoubé par ses pairs. Il semble dorénavant probable que les révélations sur les indélicatesses de François Fillon viennent de son propre camp. Ses casseroles révélées au grand jour l’ont définitivement discrédité.

Une triste image de la démocratie nous est offert par la France. Comme les observateurs un peu lucides le prévoyaient, les primaires n’avait de sens qu’en corroborant des choix venus d’en haut. Le peuple n’arrachera ses chaines que par la révolution. Il lui reste avant peut-être encore le vote Marine Le Pen, pour voir, refaire un tour de table et savoir si cela change quelque chose. Mais notre état profond a cette fois compris. Il sait indiscutablement que la démondialisation est l’aspiration principale du peuple français, que toute autre politique sera faite contre lui. Fillon par son programme représentait un souverainisme soft, sans chamboulement majeur, l’espoir que la vie changerait en douceur. Séduisant pour les électeurs de droite, incompatible avec la volonté jusqu’au-boutiste des anarchistes libéraux. Alors ces derniers ce sont reportés sur Macron. Jeune acquis à leur cause, il reste l’homme idéal des caciques. Mais, malgré la propagande, ils sentent que sa candidature aura le plus grand mal à obtenir plus de 50% des suffrages. Il est trop loin des gens, irréductiblement. Je l’ai vu à l’arrière dans sa berline fonçant à toute vitesse à travers la place de la Concorde, les yeux rivés à la vitre fermée pour essayer de comprendre de loin les « vrais gens ». C’était presque pathétique le décalage entre lui et les autres que son cerveau espérait combler de cette manière.

Décidément Juppé est l’idéal pour que tout continue sur la même voie. Il nous fera du Chirac bis. Est-ce que les participants aux primaires vont se laisser voler leur vote et se replier sur le programme le plus éloigné possible de celui de Fillon? Je ne pense pas car la plupart ont compris les manœuvres qui se déroulaient contre eux. C’est alors Macron qu’on assassine.

Frédéric Le Quer