Jean-Jacques Bourdin bâché par Marine Le Pen

Par Jeudi 23 mars 2017 Permalink 3

Ce matin, Marine Le Pen était l’invitée d’une interview avec le journaliste Jean-Jacques Bourdin diffusée sur RMC et BFM. Une passe d’armes intéressante les mit aux prises concernant l’engagement politique en faveur d’Emmanuel Macron de ces chaines de radio et télévision et par extension il fut mentionné l’engagement du journal Le Monde ayant renoncé à tout souci d’objectivité.

Marine Le Pen explique d’abord les liens qui unissent Patrick Drahi et Emmanuel Macron remontant au moment où celui-ci collaborateur de François Hollande intervient en faveur du groupe de l’homme d’affaire. Ceux-ci démontrent d’après elle le traitement de faveur qui est fait, et dont chacun se rend compte, à son concurrent pendant cette campagne présidentielle. Elle persiste en signalant qu’Emmanuel Macron sorti de nulle part, bénéficie d’une publicité illégitime (on pense ici à des gens comme François Asselineau qui malgré un discours bien plus profond ne passe jamais à la télé!). Et en effet, Macron est une création dont l’idée géniale (il faut hélas le reconnaître!) vient de capitaines d’industrie français et dont la mise en musique est faite par des gens comme Bourdin. Marine Le Pen n’hésite alors pas à dire que M. Bourdin reçoit ses ordres par téléphone de M. Drahi son patron.

Elle a raison de le dire même si ce n’est certainement pas tout à fait juste. Elle simplifie ce qui est subtil pour rendre les rapports ainsi plus compréhensibles. D’abord, si tous les grands patrons ont acquis des groupes de médias ce n’est évidemment pas pour laisser les journalistes embauchés racontés ce qu’ils veulent! Mais ces derniers n’ont pas besoin de recevoir de coups de fil en général. Ils comprennent vite ce qu’on attend d’eux grâce aux relations qu’ils tissent dans leur cercle professionnel. Après il en va de leur job et les idéalistes sont rares. Par exemple la plupart sont rentrés dans le rang dans le groupe Bolloré après le conflit à itélé. Un autre exemple aussi est amusant. Le journaliste Nicolas Doze qui pendant quelques temps anima des émissions sur BFM très anticonformistes est un beau jour de septembre revenu avec le doigt sur la couture du pantalon pour se mettre au diapason servile de toute sa boite! Depuis il est plus royaliste que le roi!

Donc à ceux qui ne comprennent pas, on leur explique clairement ce qu’on attend de leur part. Les autres s’en doutent, se soumettent et finissent même par se faire des illusions comme Jean-Jacques Bourdin (encore qu’en relayant les fausses infos du Monde, il ne peut ignorer sa mauvaise foi!) sur leur indépendance rédactionnelle!

Frédéric Le Quer