Islamisation: le compte à rebours

Par Vendredi 13 mai 2016 Permalink 3

Partout en Europe le conflit entre les gouvernants et le peuple fait rage. Les questions économiques sont l’arbre qui cache la forêt de l’essentiel problème identitaire nié par la classe privilégiée de moins en moins nombreuse mais de plus en plus puissante idéologiquement. Alors que le malaise s’accentue chez les européens, les dirigeants continuent d’avancer aveuglément vers l’islamisation du continent.

Bien sûr, il y a Londres, ville désertée par les anglo-saxons qui représentent moins de la moitié de sa population et dont les élections municipales ont été l’occasion d’installer un musulman, avocat défenseur d’extrémistes religieux, (excusez du peu!). C’était facile: il suffisait de mettre contre lui un bras cassé ce qui fut fait avec le rejeton d’un milliardaire qui n’avait aucune chance d’entraîner l’adhésion de la majorité des londoniens. Une brèche est maintenant ouverte en occident.

Alors, quelques jours plus tard, en Allemagne, une musulmane devient, en Bade-Wurtemberg, présidente du parlement régional. Les Verts, en tant que groupe le plus important font élire Muhterem Aras, députée de Stuttgart. Origine pakistanaise pour le Royaume Uni, origine turque outre-Rhin. Même histoire racontée dont il est impossible de trier le vrai du faux: enfants d’immigrés pauvres, père ouvrier, mère femme de ménage. Le mythe est créé comme fut créé celui des milliardaires américains qui commencèrent tous dans le garage de leurs parents à révolutionner les nouvelles technologies! On cherche à faire rêver en se servant de l’ascenseur social comme thème principal. La ficelle est grosse, mais les médias mettent le paquet pour faire oublier l’essentiel: la déchéance programmée de la culture judéo-chrétienne.

Alors que les caciques rejettent l’idée que le multiculturalisme aboutira à l’islamisation, la guerre menée contre le peuple s’intensifie. Ils doivent faire vite car le désamour des européens vis à vis des tenants d’une religion incompatible avec la démocratie occidentale s’accentue. Année après année de moins en moins d’allemands voient l’islam en tant que partie intégrante du pays. Plus de la moitié, il y a 5 ans, seulement un tiers aujourd’hui. Mais les européens se réveilleront-ils trop tard? Le compte à rebours a commencé.

Frédéric Le Quer