Immigration et situation économique

Par Vendredi 11 mars 2016 Permalink 5

Les deux problèmes majeurs en France et en Europe sont l’immigration et la situation économique. Pour l’immigration, les européens comptent beaucoup sur Erdogan! Pour la situation économique, ils comptent beaucoup sur Draghi! L’avenir ne peut être que noir, très noir et les drames vont se succéder.

L’immigration coûte très cher. L’Allemagne par exemple avoue  que ses communes rien que pour 2016 devront débourser la somme faramineuse de seize milliards d’euros pour prendre en charge les migrants! En France, rien qu’entre l’AME et la CMU, le coût est d’environ 8 milliards mais les chiffres sont mélangés avec d’autres afin qu’il ne soit pas possible de clairement les évaluer! Mais ce n’est pas qu’une question d’argent. Les tensions engendrées entre communautés, la rupture du lien social, la perte de la culture nationale, le malaise de chaque individu sont incalculables au regard de l’histoire de générations perdues. Les européens sont les indiens du XXIe siècle. Dans quelques années, il ne leur restera que des réserves disséminées à travers le continent pour célébrer la liberté d’opinion, la liberté des cultes, la liberté de la femme. Ailleurs avec notre ami (!)  Erdogan, un saint homme à l’esprit ouvert qui aime à massacrer entre autres la communauté kurde sans pour autant dédaigner s’en prendre à tout ce qui est chiite, gageons que les vingt ou trente millions de musulmans susceptibles de venir en Europe rapidement y viendront et que leur taux de natalité fera le reste pour les temps futurs!

Parallèlement, la crise économique dont on ne sort pas, arrive peut-être au bout. Non pas qu’elle soit règlée, mais l’explosion finale se rapproche. Mario Draghi a annoncé hier que son bazooka ne tirait qu’un coup, qu’il a appuyé sur la gâchette et que si ça ne marche pas cette fois, advienne que pourra! Les marchés au lieu de se délecter du moment présent consistant en un déferlement d’argent par dizaines de milliards, se sont inquiétés alors du lendemain. Verdict, ils ne croient pas du tout en l’efficacité économique des manipulations financières et sont eux aussi quoique disent les gérants, intimement persuadés que l’on court à la catastrophe. Ils font penser à ce fou qui met des pièces dans un distributeur de coca, se retrouve avec une multitude de canettes et déclare heureux à son voisin « Tant que je gagne, je joue! » Mais il n’y aura bientôt plus de canettes…

Un monde s’effondre en direct, une utopie de bien-être, d’égalité, de liberté qui aura duré 70 ans. Son démantèlement voulu pour des raisons obscures bénéficiera surement à quelques uns. Grand bien leur fasse! Ils détruisent en ce moment la qualité de vie de millions de gens.

Frédéric Le Quer