Honte à la maison Gallimard

Par Vendredi 5 janvier 2018 Permalink 5

La réédition d’œuvres de Louis Ferdinand Céline à cause de leur antisémitisme n’est pas justifiée. Dans la France d’aujourd’hui, un éditeur, Gallimard, pour ne pas le nommer, cherche à faire du pognon par tous les moyens. Les pamphlets antisémites de Céline donnent des lettres de noblesse littéraires à la haine des juifs. Les tenants de la réédition cherchent à faire croire que les juifs dans l’esprit de l’auteur sont la parabole d’un état d’esprit, voire une manière de s’en prendre au nazisme! Si les propos de Céline sont sa façon de s’en prendre à un état d’esprit, on peut affirmer sans grand risque de se tromper qu’il s’en prend dans ce cas à celui qui anime l’éditeur Gallimard, qui monte la mayonnaise, crée une polémique, manigance des points de vue absurdes, juste pour exister, gagner un maximum de fric sans souci d’une quelconque responsabilité intellectuelle. La question n’est pas de savoir si on a le droit ou non de lire « Bagatelle pour un massacre » par exemple, il suffit de taper le titre pour lire le livre in extenso, gratis, sur son ordinateur, la question devient alors de savoir si Gallimard ne cherche pas à promouvoir la haine par opportunisme, pour plaire aux musulmans en France et aux pays arabes afin de déployer son business là où les gens sont le plus nombreux. Comme écrit Céline, « Il faut renifler le diable de très loin… dans tous les coins, à travers le monde… entre les minces paragraphes de n’importe quel apparemment innocent quotidien… (droite ou gauche), ce petit coup de pouce, furtif… appuyé … signalétique… l’épithète favorable… louangeuse… la mise en valeur, franchement publicitaire… » (Bagatelles pour un massacre)

Et en effet c’est ce qu’il faut renifler dans la tapageuse réclame de Gallimard à propos de ces rééditions! La torture d’Ilan Halimi, Livry Gargan et la matinée d’enfer d’un couple et son fils, Sarah Lucy Halimi Attal, la dame juive de 66 ans défenestrée par un musulman parce qu’elle était juive, l’agression d’un couple à Créteil le 1er décembre 2014 ciblé à cause de leur confession, tout ceci compte pour du beurre pour la maison d’édition qui a dorénavant hâte de mettre de l’huile sur le feu, d’offrir aux minables des arguments pour tuer et qui se fout de remettre au gout du jour des conneries comme celle-ci: « Je lui apprends tout de suite d’emblée que je suis devenu antisémite et pas un petit peu pour de rire, mais férocement jusqu’aux rognons !… à mettre tous les youtres en l’air ! phalanges, en denses cohortes, en bataillons à les faire charger contre Hitler, reprendre la Sarre, à eux tout seuls !… » (Bagatelles pour un massacre)

Même Céline et sa veuve ne voulaient pas voir ce genre de texte ressortir en librairie.

Frédéric Le Quer