Henri Le Sidaner (1862-1939)

Par Dimanche 10 décembre 2017 Permalink 2

C’est dans « Sodome et Gomorrhe » que Marcel Proust évoque le peintre Henri Le Sidaner à l’occasion d’une conversation mondaine à Balbec: « … Mme de Cambremer donna raison à l’avocat en ce qui concernait Elstir, mais, au grand chagrin de son invité, égala Monet à Le Sidaner. On ne peut pas dire qu’elle fût bête ; elle débordait d’une intelligence que je sentais m’être entièrement inutile… » Quelques lignes plus haut, l’écrivain explique: « Le Sidaner était l’artiste élu par l’ami des Cambremer, lequel était, du reste, très agréable. Il parlait bien des livres, mais non de ceux des vrais maîtres, de ceux qui se sont maîtrisés. Le seul défaut gênant qu’offrît cet amateur était qu’il employait certaines expressions toutes faites d’une façon constante, par exemple : « en majeure partie », ce qui donnait à ce dont il voulait parler quelque chose d’important et d’incomplet. »

Ces allusions au peintre de la part de Proust même mâtinées d’une certaine bienveillance, ne sont guère encourageantes! Pourtant ce probable bel esprit un peu snob que le parcours emmène des Beaux Arts parisiens avec Cabanel pour maître à la côte d’Opale en pleine période impressionniste, puis forcément retour dans la capitale après 9 ans d’exil volontaire, a une manière poétique de peindre des lieux qui lui sont chers en évacuant de ses toiles toute présence humaine qui charme ses contemporains en France comme à l’étranger et qui aujourd’hui encore plait beaucoup aux amateurs d’art. De Dunkerque au Touquet, d’Etaples à Cambrai les musées des Hauts de France savent perpétrer la mémoire de cet artiste qui a aimé travailler dans cette région bien qu’il soit né à l’île Maurice.

Alors les passages dans les ventes à l’encan des tableaux d’Henri Le Sidaner sont toujours des petits moments choisis qui sans être l’occasion de miracles restent solides. Beaucoup moins cher qu’Henri Martin à qui on peut parfois le comparer, il est l’occasion d’avoir une oeuvre d’excellente facture… En cassant la tirelire!

En une, « L’église et le pont, Moret », huile sur panneau, 27 x 35 cm, fait le 6 octobre 2013 chez Le Floch svv 39 654 €. Ci-dessous le bouquet de fleurs, huile sur toile, 41,5 x 33,5 cm, le 14 février 2015, chez Lisieux enchères svv, fait 34 380 €.SAM_5553

« Fenêtre du printemps » ci-dessous, huile sur panneau, 41 x 21,5 cm cher Osenat à Fontainebleau le 16 juin 2013 fait environ 18 500 €.SAM_5552

Enfin signalons deux pastels, deux paysages de neige, dont les prix diffèrent très largement. Quand e premier, chez Fraysse ovv à Drouot, 73 x 60 cm est adjugé 100 000 € le 15 avril 2015, le second, 31 x 40 cm en avril 2017 chez Ruellan ovv à Vannes se contente de 14 662 €.SAM_5549
SAM_5551

Frédéric Le Quer