Henri Guaino, prochain président de la république

Par Mardi 29 novembre 2016 Permalink 5

Henri Guaino a exécuté ce matin, à la radio, la politique économique et sociale proposée par François Fillon. Rien n’a trouvé grâce à ses yeux dans ce domaine. De la réforme de la sécurité sociale à celle des contrats d’embauche en passant par l’idée de travailler plus sans mieux gagner sa vie, tout a été fustigé avec une intelligence non dénuée de sentiments et d’affects.

François Fillon, incarnation hybride d’un être composé à la fois de Margaret Thatcher et Gerard Schroder a dû frémir à l’écoute de la diatribe, certes parfois un peu démagogique, comme l’hommage aux fonctionnaires par exemple, mais qui lui a rappelé qu’il y avait encore un long chemin avant d’entrer comme locataire à l’Elysée. Avec un adversaire tel qu’Henri Guaino lors des primaires la donne aurait évidemment changé. Mais ce dernier croit, comme nous le croyons aussi, que la présidentielle est avant tout la rencontre d’un homme et d’un peuple et que le jeu partisan n’y a pas sa place. Les Lemaire, NKM, Copé à droite comme les Hamon, Lieneman, Montebourg ou Filoche (oui, oui il existe et veut devenir président de la république!!!) n’ont strictement rien à faire dans cette élection.

Néanmoins, ce qu’Henri Guaino sait pertinemment, la seule et unique raison à la très large victoire de Fillon devant Juppé et Sarkozy réside dans ses engagements de politique étrangère et surtout de politique migratoire. Les français sont révoltés par les liens de leurs dirigeants successifs avec les pays du golfe persique. Les français ne comprennent pas le rejet systématique de la Russie qu’ils trouvent scandaleux de stigmatiser systématiquement (pour connaitre la Crimée et cette partie de la cote de la mer Noire, Poutine aurait pu reprendre non seulement la presqu’île mais aussi tout le littoral au moins jusqu’à Odessa sous les acclamations de la quasi totalité de la population). Les français sont indignés par le suivisme atlantiste depuis que le pays a rejoint l’OTAN. Les français n’en peuvent plus de l’invasion musulmane qu’ils subissent pour le pire aussi bien au niveau sécuritaire qu’au niveau de leur niveau de vie qui ne cesse de baisser avec le chomage endémique parce qu’il est impossible d’absorber 250 000 immigrés, donner du travail à tout le monde et ne pas voir son job déprécié avec le nombre de candidats prêts à le récupérer.

Voilà pourquoi François Fillon a été largement plébiscité. Dans ces domaines les convergences de vue avec Henri Guaino sont nombreuses. Si ce dernier sait se démarquer de l’Union Européenne sans tout chambouler, s’il est capable d’être crédible sur l’indépendance de la France au sein d’une organisation qui doit cesser d’être supranationale, s’il rend l’espoir sans humilier davantage une population qui se sent inférioriser comme jamais, alors Henri Guaino peut créer la surprise en devenant le prochain président de la république à condition qu’il en ait véritablement la force psychologique et physique.

Frédéric Le Quer