Gustav Klimmt, né et mort à Vienne (1862- 1918)

Par Dimanche 17 juillet 2016 Permalink 1

Quelque part entre les valses viennoises et Sigmund Freud, Gustav Klimmt est au sommet de l’art nouveau. Il préside la Sécession viennoise composé de 40 membres. « Un art autrichien! Chacun de vous sent ce que cela veut dire… lorsqu’en voyant briller le soleil sur la grille du Volksgarten, tandis que le lilas embaume et que de petites viennoises sautent à la corde, ou lorsque vous passez devant une cour, vous entendez une valse, un sentiment singulier vous prend ». Hermann Bahr.

Alors que Robert Musil décrit la déliquescence de Vienne dans « L’homme sans qualité », la sécession passionne et échauffe la ville de la musique pour les arts plastiques. « L’association des artistes plasticiens autrichiens » regroupe de nouvelles générations d’artiste dont l’intention n’est pas de révolutionner le monde mais de se situer à un niveau purement esthétique.(ci-dessous l’affiche de la première exposition de la Sécession avec sa surface vide qui interpella tant!)SAM_1662

Klimt déclare alors: « Si quelqu’un veut savoir quelque chose sur moi qu’il observe mes tableaux avec attention et qu’il cherche à y connaitre ce que je suis et ce que je veux ». La censure de son temps le pousse d’ailleurs à se faire discret. Lorsque les ineptes accusations de pornographie sont émises et qu’une campagne de dénigrement se propage, Klimt rétorque: « je ne continuerai pas à laisser salir mon travail; que des soldats viennent et tirent, je me rendrai, je ne sais pas tirer. »

Klimmt bouleverse les conventions académiques sans vraiment s’en soucier. Les béotiens de l’art s’offusquent alors que l’artiste continue ses expériences. L’exposition Beethoven avec la frise Beethoven (voir photo ci-dessous) fait scandale et est taxée par un aristocrate collectionneur d' »abominable ».SAM_1660
Elle annonce pourtant un tournant radical dans l’oeuvre de Klimmt. C’est la période dorée avec d’imposantes figures allégoriques au contour graphique simplifié. L’exposition donne une impulsion décisive à tous les genres artistiques en particulier l’artisanat d’art et met fin au mythe d’un Klimmt juste bon à l’ornementation qui n’aurait pas su penser son art sous prétexte d’une vie personnelle débridée et de ses nombreuses conquêtes féminines.

Si de son vivant il est un peintre très recherché, le marché de l’art actuel le porte aux nues. En 2011 chez Sotheby’s il fait 40,4 millions de $ pour l’oeuvre ci-dessous, une grande montagne boiée autour d’un lac. Le portrait d’Adèle Bloh-Bauer datant de 1907 aurait été acquis en 2006 pour 135 millions de $! La transaction est toutefois restée secrète.. Citons enfin en 2003 cvhez Sotheby’s « klandhaus am Attersee adjugé 29,1 millions de $.SAM_1659

Frédéric Le Quer

PS: En une, La musique, huile sur toile de 1895 37 x 44,5 cm. Pinakothek Munich