Le gouvernement est l’ennemi du peuple

Par Samedi 3 janvier 2015 Permalink 10

Le gouvernement s’évertue par tous les moyens à introduire ses théories sociétales dans les foyers français. En se rangeant avec ostentation du coté de l’immigration, il fragilise une population déjà mise à rude épreuve face à une crise économique qui laisse de plus en plus sur le carreau, de façon injustifiée sur le plan moral, des citoyens appauvris.

Si au niveau économique, le bénéfice des employeurs est d’aboutir à une telle masse de main d’oeuvre que chaque individu devient échangeable à merci, comme il était corvéable à l’époque féodale, en lui faisant ainsi perdre sa valeur marchande, si au niveau politique, en donnant la nationalité française aux nouveaux entrants avec célérité, le parti socialiste attend un témoignage de gratitude dans les urnes de leur part afin de conserver une base électorale quelque soit sa provenance, le niveau éthique de cette mise volontaire dans l’insécurité des citoyens déjà présents, par refus de les protéger des aléas mondiaux, remet en question la légitimité même de l’existence d’un état. Si celui-ci n’est pas en mesure de leur garantir un épanouissement en rapport avec leurs capacités, le plus possible à l’abri de la violence extérieure, son utilité est nulle.

L’ennemi du peuple, qui dirige actuellement, ne cesse de tromper lourdement, par des médias asservis comme dans n’importe quel régime totalitaire, en organisant cette politique cynique qui consiste à laisser venir des gens misérables et incultes dont le pays n’a absolument pas besoin. La générosité est l’acte volontariste de se ranger du coté de ses ressortissants. En se targuant de vouloir lutter contre les inégalités,le gouvernement les accentue de façon écœurante, mettant les individus des classes moyennes en concurrence, les rendant dépendants d’aides de toutes sortes et laissant leurs enfants enfermés dans un carcan scolaire de seconde zone accentuant la fracture sociale. A ce sujet signalons à François Hollande qui mettait en doute les qualités de vie des années 60, début 70 qu’un établissement comme le lycée Paul Eluard à St Denis, ville ouvrière s’il en était, avait l’un des meilleurs taux de réussite au baccalauréat, époque où le diplôme sanctionnait un savoir certain. Il fut donc un temps où l’ascenseur social au mérite était possible!

Le sabotage actuel de la société française est en totale contradiction avec l’apport de personnes courageuses que la France peut s’honorer d’avoir complètement intégrer tout au long de son passé. La réinterprétation des faits historiques, leur invention, même, rendent la propagande du gouvernement proprement odieuse. Par ailleurs, si la venue de ces étrangers souvent jeunes n’a pas de but invasif, il est anormal de ne pas les inciter à remplir leurs obligations envers leur pays d’origine, en l’amenant petit à petit à plus de prospérité, plutôt que de le fuir.

Frédéric Le Quer

10