Fuck la conférence sociale!

Par Mercredi 21 octobre 2015 Permalink 5

Alors que la conférence sociale se focalise sur le numérique et le code du travail, des inégalités de plus en plus inouïes traversent la société des personnes en âge de travailler. Un tout petit nombre d’entre elles ont une valeur immense au point que leurs revenus traduisent une totale déconnexion avec les réalités quotidiennes et les autres ne valent strictement rien, sont interchangeables, seront même demain remplacés par des robots.

Indépendamment du problème purement Air France et la question de l’abandon de la société qui favorise les compagnies aériennes du golfe persique dont les employés n’ont pas d’avantages sociaux, la tension au sein de la société a montré que le malaise au lieu de se transformer en résignation apathique trouvait parfois les ressorts nécessaires pour voir se relever et lutter des salariés qui n’ont plus rien à perdre. Cela déplaît au plus haut point dans les milieux gouvernementaux et des multinationales. Macron est tout de suite venu faire acte de contrition à la City comme François Hollande  a lancé la mode il y a trois ans et demi! En jurant que ce serait une rébellion sans lendemain qui serait durement réprimée. Il éteint, s’il a raison, l’espoir pour des millions de gens de se sentir simplement considérés.

Les salariés étant des chiens, les travailleurs indépendants les remplacent. Ils ne valent pas mieux que les autres, ce sont souvent les mêmes après licenciement ou après bac+5, mais ils ont l’avantage essentiel de ne bénéficier d’aucun droit social et de ramener au plancher les coûts d’une mission compte tenu de la concurrence qui sévit. L’idée est alors géniale. Non seulement les grandes entreprises se débarrassent de salariés risquant toujours de devenir capricieux mais en plus ils instaurent une concurrence impitoyable parmi leurs tout petits fournisseurs qui se dévorent entre eux. Ce n’est ainsi plus une lutte entre classes sociales mais un combat à mort entre pauvres pour la survie.

Mais tout ceci n’intéresse pas la conférence sociale de François Hollande. L’important dans cette inutile réunion est de continuer à ne pas faire de vague et de parler d’aucun sujet qui fâche. Le salarié se doit de rester un mouton. Ceux qui relèvent la têtes sont de sales bêtes qu’il faut abattre. La conférence sociale se charge de rappeler la règle.

Frédéric Le Quer