François – Rupert Carabin (1862-1932)

Par Dimanche 27 décembre 2015 Permalink 2

Rupert Carabin est l’un des acteurs principaux du renouveau des arts décoratifs à la fin du XIXe siècle et au début du XXe. La volonté principale de cette époque chez les artistes est d’en finir avec les pastiches des styles anciens pour innover complètement. Si la gageure fut moyennement réussi, Rupert Carabin avec ses meubles représentant de véritables sculptures, fut l’un des plus originaux.

Son travail est pour ses contemporains une véritable révolution. Alors que l’époque est aux recherches visant à organiser une production de série, il s’attache à fabriquer des œuvres uniques. La représentation de la gente féminine fut l’obsession de ce misogyne qui alla jusqu’à créer un coffret décoré de scènes d’amour saphique! Un fond de centaines de clichés de femmes nues dans toutes sortes de poses lui permet de réaliser ses sculptures. Il va même fréquenter les salles de dissections pour approfondir ses connaissances anatomiques. Le bois, le grès, le bronze, les métaux précieux servent de support à ses fantasmes.

En salle de vente l’artiste ne passe aujourd’hui pas inaperçu. Quelques exemples récents d’adjudication donneront une petite idée de la valeur vénale de ses créations. Ci dessous une fontaine en grès émaillé marron et noyer 194 x 48 cm, chez Emeraude Enchères svv à St Malo, le 26 octobre 2013, fit autour de 48000€ frais compris.SAM_0941

Ci-dessous la pendule en bronze et améthyste (le cadran est en bas) dénommée l’envolée des heures, 100 x 77 x 27 cm chez Millon svv à Drouot le 8 avril 2015 obtint la somme de 186 978 €. La gazette Drouot signale qu’il s’agit d’une pièce unique commandée directement au sculpteur et présentée à l’exposition de la Société Nationale des beaux-arts de 1911.SAM_0943

Enfin un ensemble de six bronzes (18 x 22,5 cm) représentant Loie Fuller exécutant sa danse serpentine fit chez Aguttes svv le 5 décembre 2014 133 885 € frais compris.SAM_0946

Frédéric Le Quer

Ps;  en une, Francois-Rupert Carabin (1862-1932) Bibliothèque 1890 Noyer, fer forgé H. 290 ; L. 215 cm Paris, musée d’Orsay