François Hollande lutte contre le terrorisme

Par Samedi 18 juillet 2015 Permalink 23

« Cette semaine nous avons également prévenu des actes terroristes qui auraient pu être produits », s’enthousiasme bien maladroitement François Hollande! Et tant pis pour le charabia , si j’aurais su, j’aurais pas venu! Donc, le président de la république s’accroche à tout ce qu’il peut pour montrer d’hypothétiques résultats justifiant sa future candidature.

Sa base électorale faite de bobos et d’immigrés naturalisés français de fraîche date reste très faiblarde, 15 à 20% d’après des instituts de sondages dont la crédibilité s’étiole chaque fois davantage au moment du verdict d’une élection. Si la distribution généreuse de la nationalité française, galvaudée comme jamais, peut constituer un levier important même si les gens ne sont pas obligés de venir voter, elle ne suffira pas d’ici deux ans à faire une majorité. Mais ça viendra, n’en doutons pas! Quant aux bobos, des ultralibéraux mondialisés à la vie de patachon, ils ne sont pas sûrs du tout et peuvent faire défection pour un autre qui les aura mieux convaincus du jour au lendemain. Les candidats au libéralisme chevillé au corps, comme dirait la vice présidente, ne manqueront pas! Alors rassurer la France profonde, concernant les attaques d’extrémistes islamistes dont elle est victime, à coup d’interpellations plus ou moins sérieuses, devient une nécessité. En même temps que la presse proclame sa fermeté, il faut que certains se laissent prendre et s’extasient sur la volonté gouvernementale.

Le problème reste toutefois l’absence de résultat. La France est en première ligne concernant les attaques terroristes et la dislocation du tissus social ne laisse rien augurer de bon pour l’avenir. Les islamistes radicaux vivent chez nous, ont souvent été élevés en France, ont des papiers français et se servent de cette grande tromperie qu’est devenue la laïcité pour faire reculer l’esprit républicain en le remplaçant par l’esprit communautariste d’abord, l’esprit de conquête ensuite. Alors des centaines de milliers d’enfants grandissent dans une religion vue comme prioritaire, loin devant la loi française. Boris Johnson, le maire de Londres, déclarait, il y a un an, que les enfants d’islamistes étaient des terroristes en puissance. Il ajoutait: « les jeunes frères et sœurs d’un terroriste reconnu sont eux-mêmes en passe de devenir des islamistes ». Mais avec François Hollande, l’angélisme est de rigueur et le terreau que constituent les territoires sécessionnistes dispersés un peu partout, continue d’être appelé diversité et chance pour la France et au lieu de surveiller, contrôler, réprimer sans la moindre indulgence, avec acharnement, ces enclaves mafieuses de l’islam, les forces de l’ordre renoncent sur instruction des pouvoirs publics à y faire respecter la loi. C’est de crimes de sang, de guerre intérieur, de déstabilisation du pouvoir dont il est question! Mais la réponse reste la mansuétude, le compromis, l’accueil toujours plus important de populations inassimilables.

La guerre actuelle est perdue pour la France car notre réponse au terrorisme n’est pas au niveau de l’enjeu. Le courage de se battre pour nos mœurs, le courage de ne pas trahir notre histoire, le courage de bouter l’ennemi hors de France est remplacé par la lâcheté de toujours trouver des raisons économiques, sociales, culturelles à ceux qui refusent de s’adapter, qui agressent, qui tuent. L’état explique et absout dans ce moment tragique. Alors avec l’accord tacite de François Hollande et du gouvernement, la nation se disloque, le territoire se parcellise et les menaces contre ce qui est véritablement français se multiplient dans une impunité de fait. C’est une retraite terrible qui est entamée sur notre propre sol, ce n’est pas la retraite de Russie mais la retraite de France qui a commencé.

Frédéric Le Quer