France Culture dans la dhimmitude

Par Vendredi 8 janvier 2016 Permalink 5

Le parti pris de la classe politico-médiatique en faveur de l’islam est tel qu’il ne devient pas invraisemblable de se demander si elle ne s’est pas déjà installée dans la dhimmitude en s’abaissant régulièrement. Ce matin, par exemple, dans la matinale de France Culture, une radio publique financée par l’état, l’animateur et l’un de ses chroniqueurs se demandaient si sans la religion chrétienne il y aurait eu les attentats de Paris de novembre dernier… Aussi invraisemblable que cela paraisse, la chrétienté était accusée en existant d’être la cause ultime de cette horreur! Ce répugnant dialogue intervint vers sept heures moins le quart et est ré-écoutable sur leur site.

«Combattez-les jusqu’à ce qu’ils paient la djizya, (impôt spécial) après s’être humiliés» (Coran IX, Bara’at, Am­nis­tie). Si l’humiliation est pratiquée avec délectation par nos élites, l’impôt pour le moment est payé sous forme de propagande. D’ors et déjà certains se situent par leurs actes dans un univers proche de la dhimmitude. Ils s’interdisent toute attaque verbale contre les musulmans, valorisent outrageusement leur culture, la dédouane des massacres qu’elle engendre. L’exemple est évidemment donnée par les hommes politiques: Manuel Valls remet la légion d’honneur au maire (scrutin invalidé pour fraude!!!) pro mosquée d’Annemasse l’automne dernier ou plus récemment la crèche de Draguignan dans une école privée catholique vandalisée par effraction ignorée par le ministre de l’intérieur puisque le problème ne touchait pas une salle de prière musulmane, ou encore l’acceptation par Laurent Wauquiez de l’appel du muezzin par des hauts parleurs dans sa ville du Puy-en Velay. Si ces faits et gestes sont relativement minces, ils ont été choisis à dessein pour révéler l’ambiance dans laquelle la France baigne. Chacun se souvient de la mise sous protection par des musulmans de catholiques allant à la messe; c’est tout un symbole qui s’affichait.

La soumission est devenue la règle. Un état d’esprit véhiculant les valeurs les plus archaïques qu’il soit est en train d’être inoculé en douceur aux français placés par ceux qui dirigent en position de dhimmis, citoyens de seconde zone devant faire allégeance et se déclarer inférieur aux représentants de l’islam. Il est urgent d’ouvrir les yeux et agir, sans quoi il ne faudra pas se plaindre!

Frédéric Le Quer