France 5 fait de la propagande

Par Vendredi 5 décembre 2014 Permalink 25

Un grand moment de propagande télévisuelle était diffusé hier par la chaîne de télévision publique, France 5.  Le débat sur l’euro, que l’émission « C dans l’air » proposait, aurait pourtant pu être un exercice courageux si les avantages et les inconvénients avaient été pesés honnêtement de façon à ce que le téléspectateur puisse se faire sa propre opinion.

Mais de débat il n’y en eut pas, parce qu’il était impossible qu’il y en eut. Les invités, comme systématiquement dans ce genre de programme, avaient tous le même avis. Pendant une heure des événements apocalyptiques ont été décrits en cas de sortie de l’euro par des gens rémunérés soit par des instances européennes, soit par des médias dont l’engagement en faveur de l’ultralibéralisme et de la monnaie unique est seriné à longueur de temps. Pourtant les questions sont multiples et les réponses compliquées. Personne ne peut prévoir avec certitude les effets sur les intérêts de la dette.  La dévaluation de la monnaie en cas de sortie présente bien des facettes.

De multiples parallèles méritaient dêtre débattus; intégration de l’économie française dans la zone € et ses exportations ailleurs dans le monde; accroissement du chômage et cherté de l’euro; la politique monétaire de la BCE et le diktat allemand;  les politiques économiques des pays du sud de tout temps axées sur la création monétaire et l’emprunt, et leur remplacement par des réformes structurelles compliquées; baisse du coût du travail au lieu de la dévaluation monétaire compétitive; avantages et inconvénients pour des classes moyennes étranglées et des classes dirigeantes épanouies dans la mondialisation; déflation due en grande partie à la monnaie unique et volonté de reprise de la consommation; grandes entreprises qui contournent la zone € en produisant ailleurs et petites entreprises qui se meurent à un rythme effrayant.

France 5 n’a pas jugé bon d’aborder objectivement ces problèmes. Quelques secondes enregistrées accordées à Marine Le Pen, à Nicolas Dupont Aignan et à Jacques Sapir n’ont servi qu’à exciter encore plus les personnes présentes sur le plateau qui enchaînèrent des arguments abracadabrants! Pèle-mêle,  la baisse drastique du nombre de fonctionnaires, la ponction immédiate sur les comptes en banque (alors que c’est une loi européenne qui l’autorise à partir de janvier 2016!), la faillite de l’état, la baisse des salaires, la hausse du chômage… Les plaies d’Egypte de la bible devenaient une aimable plaisanterie à coté de la sortie de l’€!

Comme la réponse à la dissolution de l’union monétaire n’est évidemment pas manichéenne,  cette volonté de prendre les gens pour des imbéciles rendait les arguments des invités non seulement sans valeur mais aussi contre productifs. Le téléspectateur avait envie d’un grand chambardement rien que pour effrayer le bourgeois, rien que pour l’entendre se lamenter, par sadisme et par révolte! France 5 n’avait hier rien  à envier au journal La Pravda du temps de Leonid Brejnev.

Frédéric Le Quer

25