France 24 fête l’investiture de Donald Trump

Par Vendredi 20 janvier 2017 Permalink 1

La chaîne de télévision France 24 propose pour l’investiture du président Donald Trump une série de reportages sur les américains qui n’acceptent pas cette élection. On appréciera au passage le respect de cette chaîne pour les institutions étatsuniennes, égal à celui de BFM ou LCI, avec en moins des décérébré(e)s qui rigolent comme des baleines à chaque instant et en plus des journalistes, propagandistes certes aussi pour beaucoup, mais bien plus dignes.

Un premier reportage parle d’un groupuscule acquérant à vil prix des maisons à vendre et les retapant pour regrouper une communauté dont le but est de vivre en autarcie loin des directives de Washington, loin de tout carcan étatique. Comme M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir, ces activistes sont libertariens en l’ignorant, soit peut-être plus extrémistes que Trump. L’esprit pionnier de ces gens, très américains, mettant la responsabilité individuelle au dessus de tout le reste, n’attendant rien de personne était une bouffée d’optimisme salutaire que seul ce grand pays sait offrir. Ces personnes ne venaient pas quémander de l’aide sociale comme c’est si tendance chez nous, elles voulaient juste qu’on leur foute la paix. Qu’elles soient pour Trump ou non, il faut souhaiter qu’elles y parviennent.

Le second reportage très curieux mettait en lumière une bande de toxicos qui roulaient des joints dans le but de les offrir au public assistant à l’investiture de Donald Trump. Ces rebelles défoncés et surement paranoïaques compte tenu des effets secondaires du cannabis, révélaient une Amérique décadente et guère alléchante. Si le seul problème de ces individus est la légalisation de la drogue, leur combat semble bien dérisoire au regard de la misère que l’Amérique d’Obama a fait naître partout sur le territoire et de son corollaire inéluctable qu’est la violence.

Ces deux reportages de France 24 sont donc assez contre productifs. L’un présentant des gens qui vont intellectuellement plus loin que Donald Trump, l’autre des loustics stones dont on se dit qu’il est temps qu’ils soient remis au travail. La question logique que se pose alors le téléspectateur est de savoir si la rédaction de la chaîne a bien compris ce qu’elle diffusait ou si il y a à l’intérieur quelques rebelles qui cherchent à se démarquer subtilement de la ligne éditoriale anti Trump imposée par le gouvernement français…

Frédéric Le Quer