Fillon se présente pour combattre M. Le Pen

Par Lundi 6 mars 2017 Permalink 3

Donc pour Fillon, l’adversaire principal, l’ennemi pourrait-on dire, est Marine Le Pen. Sa déclaration au journal de 20 H sur France 2 était claire et sans hésitation. Macron était qualifié de centre gauche, rien de plus. Mais que comprend cet homme de la France?

Les dizaines de milliers de gens qui se sont déplacés au Trocadéro hier ne sont probablement pas sur la même ligne! Le quiproquo est digne de Feydeau. Les cocus venus soutenir Fillon soutiennent un programme aux aspirations souverainistes, un peu trumpistes en ne se reconnaissant plus dans la France d’aujourd’hui. Ils ont plus de quarante ans et rêvent d’un pays homogène comme avant. Si Marine Le Pen leur fait peur avec son renoncement à l’€ à cause des quelques économies qu’ils ont, des héritages en perspectives, de son père, son rejet de l’immigration outrancière que l’on connaît, n’est pas sans les séduire. Sur ce thème le candidat de la droite et du centre comme il aime répéter, avait été pendant la campagne des primaires sans concession. Ses positions se rapprochaient de celles du Front National. Malgré cela, Fillon préfère Macron!

L’immigrationniste qui a déclaré que la France n’avait pas de culture, lui semble plus acceptable que Marine Le Pen. Pour les manifestants du Trocadéro, les deux sont à mettre dans le même sac. Le tiraillement entre leur portefeuille et leur patriotisme les poussent à avoir du mal à choisir alors que leur leader a tranché sans eux.

Décidément Fillon est loin des gens quelque soit leur milieu. S’il se maintient, il finira inéluctablement troisième parce que son propre projet n’est pour lui qu’un inventaire utile à son ambition. Au lieu de rassembler son camp, il se soumet aux journalistes, au patronnât espérant sans doute les avoir dorénavant à ses côtés dans sa lutte contre Juppé. Ils sont d’ailleurs déjà en train d’en faire un candidat anti système. Quelle blague! Rendre toujours plus confuse l’offre politique est un moyen pour éviter un choix démocratique lucide.

La différence entre Fillon et Macron n’est qu’une question de degré. Ils feront l’un comme l’autre du Hollande bis, du Sarkozy ter, du Chirac quater… Aux électeurs de savoir ce qu’ils veulent!

Frédéric Le Quer