Fillon et Juppé

Par Vendredi 25 novembre 2016 Permalink 3

Jusqu’au bout de l’ennui, le téléspectateur a attendu. Mais pour celui qui n’était pas infirmière parce que des infirmières, Fillon et Juppé en ont beaucoup parlé, elles représentent surement le symbole du français moyen dans leur esprit, leur discussion fut longue, très longue, très, très longue. Peut-être qu’à un moment, l’un des deux candidats à la présidence de la république allait s’intéresser à l’immigration même régulière, au terrorisme, aux migrants clandestins. Mais non, jamais ces mots ne furent prononcés. Ils ont un peu tourné autour. La grande mosquée de Bordeaux et Ali Juppé firent rire deux minutes. Mais la journaliste de France 3 qui voulait mettre absolument son grain de sel là où ses interventions étaient inutiles, s’est bien gardée de les interroger sur ce qui touche de plus en plus la vie de tous les jours en France, sur ce qui fait que les touristes étrangers ont les consignes d’éviter notre pays.

Alors Fillon et Juppé se sont complus à effrayer le populo avec leur programme économique! Ils faisaient du Churchill avec délectation. Du sang, des larmes, des impôts pour les plus pauvres, des remises d’impôt pour les plus riches et la TVA pour tout le monde. Des semaines où le travailleur ne comptait plus ses heures étaient aussi dans leur idée. Juppé qui avait déjà payé pour savoir qu’il y aurait loin de la coupe aux lèvres était plus mesuré. Fillon était remonté comme une pendule. La question qui venait à l’esprit était de se demander quel français votait encore en fonction d’un programme économique… On nous a tout dit. Personne n’a jamais rien tenu. Le paroxysme du mensonge fut avec Hollande et son ennemi la finance. Là on avait une variante avec notre ennemi, c’est le fonctionnaire. Certes ces salariés sont devenus une bande d’irresponsables plus habités par leur fainéantise que par le service public. Mais ils bloqueront le pays comme ils l’ont déjà fait par le passé si il est question de revenir sur leurs avantages acquis. Et les français qui feront les frais de ces réformes, tout le monde les connait, ce sont ceux du privé comme d’habitude, salariés comme entrepreneurs.

Mais actuellement les coups de butoir de l’islam sont subis par tous et les citoyens attendent enfin une réponse digne. Des terroristes voulaient mettre une bombe sur les Champs Elysées et à Eurodisney le 1er décembre. Des émeutes à Beaumont sur Oise ou à Gennevilliers pour ne parler que de la banlieue parisienne ont eu lieu dans les dernières 48 heures. Les musulmans ne s’intègrent plus, pire ils revendiquent Mohamed comme un prénom français et leur culte comme une religion française. Si, sur les questions économiques, la France a abandonné sa souveraineté qu’elle aura du mal à recouvrer, à Bruxelles et à la BCE dont personne n’a dit un traître mot, nos élus peuvent encore reprendre la main sur les questions sociétales à condition d’en avoir la volonté. Mais curieusement, on ne les entend pas. Tétanisés par les patrons de l’audiovisuel, ils font comme si le problème n’existait pas pour ne pas subir les foudres du milieu journalistique aiguillonné par les multinationales.

Alors hier soir ce fut un débat pour rien. Fillon sera élu comme le candidat de droite mais il risque de remettre en selle Hollande s’il continue à discourir sur ce qui fâche. Marine Le Pen si elle est suffisamment maligne semble avoir un boulevard.

Frédéric Le Quer