Ferdinand du PUIGAUDEAU (1864 – 1930)

Par Samedi 13 mai 2017 Permalink 1

Ferdinand du Puigaudeau est à classer dans la catégorie sinon des artistes maudits, du moins de ceux dont le talent n’a pas été reconnu à sa juste mesure, peut-être à cause de ses influences multiples faisant hésiter son oeuvre entre le symbolisme, l’impressionnisme ou le divisionnisme, voire aussi le ténébrisme! En une « la lecture à la chandelle », toile, 85,5 x 120 cm fut prisée à Nantes le 3 décembre 2013 chez Couton-Veyrac-Jamault plus de 31 000 €.

Certes il rencontre un temps le succès, en début de carrière, bien qu’il ait rejeté les trajectoires habituelles de formation. Ferdinand du Puigaudeau sera alors vendu par le marchand Durand Ruel ce qui n’est pas rien; mais sa vie est faite de plaies et de bosses. Ce nantais de naissance la partage entre Paris, le midi un peu et surtout la Bretagne où il passe les 17 dernières années de sa vie. S’il tente à 20 ans le voyage en orient, il en revient immédiatement, désappointé après avoir posé le pied en Tunisie. En revanche son séjour à Venise à 41 ans le voit peindre de nombreuses toiles de la Sérénissime même si le périple se termine en procès avec le commanditaire. Entre ces deux moments Pont Aven, Gauguin avec qui il correspond un peu, et surtout son ami Degas qui lui achète d’ailleurs une toile, scandent avec son mariage et la naissance de sa fille les moments clés de son existence.

Attiré par les effets de lumière et d’éclairage, les tableaux les plus chers de Ferdinand du Puigaudeau se caractérisent par leur ambiance nocturne. Ci dessous, par exemple, ces Moulins près du Croisic, toile, 59 x 80 cm sont à vendre ce jour avec une estimation entre 8000 et 12000 € chez Isabelle Aufauvre au Mans.SAM_3724

Quelques résultats corrects sont à mettre à l’actif du peintre ces derniers temps, comme en 2013 ci-dessous, cette gardeuse d’oies, thème aussi exploité par Millet, Troyon, Nittis ou Dupré, 37 x 46,5 cm, qui au Chesnais enchères fut adjugé le 28 septembre 2013, environ 15 000 € frais compris.SAM_3727

Citons aussi ce vieux figuier à Pernef qui le 30 mai 2015 à Saintes chez Geoffroy-Bequet svv approcha les 10 000 € avec les fraisSAM_3726

Pour en revenir à l’existence de Ferdinand du Puigaudeau, probablement misanthrope, il s’isole volontairement au Croisic à partir de 1913 et y meurt en 1930 complètement oublié de ses contemporains.

Frédéric Le Quer