La femme islamisée

Par Jeudi 23 octobre 2014 Permalink 29

La condition de la  femme en France épouse la parcellisation ethnique du territoire. L’éclatement culturel rend impossible une approche homogène. Si il y a quarante ans une différenciation en fonction des classes sociales était faite, le clivage religieux est maintenant le plus évident. Les mœurs de l’islam se heurtent dans ce domaine frontalement avec celles de la société occidentale.

En effet, selon que les femmes soient musulmanes ou pas le royaume des hommes leur sera beau ou laid! La foi, vécue de plus en plus à la lettre, tend à régir les relations entre les sexes en lieu et place du code civil en banlieue. La femme intervient en complément de l’homme dans les domaines familiaux qu’il lui délègue. Son rôle de supplétif la contraint dans tous les domaines. Le salafisme qui se répand comme une tache d’huile accélère le phénomène. L’enfantement est sa vraie mission sociale bien qu’elle soit aussi utilisée comme aiguillon, servant à marginaliser un territoire de plus en plus vaste et au-delà à imposer des comportements.

Plus subtile est alors son but politique; la provocation vestimentaire sert à faire d’une conduite religieuse une norme. Le port par coquetterie d’ un fichu n’a rien à voir avec les accoutrements exhibés dans les lieux publics malgré l’interdiction de la loi des foulards islamiques tendant à dissimuler un visage. L’irrespect que porte ces catégories sociales à l’état laïque est le signe d’une volonté d’hégémonie dangereux. La police laisse faire craignant des émeutes en cas de contrôle d’identité. Cette démission sert de terreau à un absolutisme religieux qui veut s’affirmer et se répandre.

Il est peu dire que la liberté des femmes recule; sa disparition en banlieue petit à petit lézarde les fondements même de la république car toutes sont concernées musulmanes ou pas. Quelle jeune fille sortirait au printemps en mini jupe à Bobigny ou Vénissieux? Les railleries, les insultes et les agressions émailleraient une promenade ressemblant au parcours du combattant!

L’émancipation féminine s’arrête au bord des grandes villes pour renaître dans les zones péri urbaines et en campagne. Un morceau de France de plus en plus important rejette l’égalité sexuelle en vertu de différence physiques, comportementales, intellectuelles présumées inscrites dans le coran.

On est bien loin d’une féminisation de la société. Le statut de la femme est battu en brèche. Le gouvernement croit naïvement qu’une théorie du genre mal ficelée transmise par une école discréditée peut atténuer ce mouvement profond. En refusant de stigmatiser les comportements des immigrés musulmans il tente d’imposer des concepts insensés à toute une population. Mais il fait ainsi le jeu des fondamentalistes qui profitent de ses errements pour installer leurs visions archaïques dans le paysage sociétal.

Frédéric Le Quer

29