Félix Ziem (1821-1911)

Par Dimanche 16 juillet 2017 Permalink 1

Concernant la représentation picturale de Venise, les maîtres italien du XVIIIe siècle comme Canaletto ou Francesco Guardi viennent d’abord à l’esprit. Le siècle suivant voit un grand peintre français, Félix Ziem faire de la Sérénissime la principale source d’inspiration de son art, moins enclin que ses glorieux prédécesseurs à capter rigoureusement les caractéristiques physiques de la ville qu’à se situer dans une recherche consistant à illustrer les variations atmosphériques de celle-ci. En une, huile sur panneau 54 x 85 cm intitulé « la pointe de la douane au soleil couchant » vendu chez Aguttes à Lyon, le 26 juin 2014 pour 57 375 €.

Né à Beaune, étudiant à Dijon, à 20 ans Félix Ziem part vivre à Marseille. Rapidement il décide de parcourir l’Italie de long en large. Si Rome le déçoit, Venise l’éblouit et devient sa principale source d’inspiration. La mer, les eaux calmes, le soleil qui se reflète, caractérisent une oeuvre vibrante faite d’effets de lumière et de tons chauds. Le peintre recherche un cachet similaire à travers la Turquie, l’Egypte, l’Algérie, (ci-dessous « Chameliers et troupeau en Afrique du nord », huile sur panneau 29,5 x 51 cm vendu à Toulouse chez Primardéco svv le 5 avril 2015 environ 19 000 € frais compris) mais revient toujours dans sa ville de prédilection. SAM_4049

Marginal, solitaire, excentrique, ces traits de caractère en font un artiste à part dans l’émulation créative du XIXe siècle. Ce cosmopolite bourlingue toute sa vie à travers l’Europe pour finir par se poser à Montmartre où il meurt. Les expositions le concernant sont multiples. A noter que le Petit Palais à Paris détient 170 tableaux donnés au musée par le peintre lui-même.

Ci-dessous, un autre exemple de l’oeuvre de Félix Ziem, bien sûr à Venise, avec « Retour de pêche devant le grand bassin », 41 x 64 cm adjugé à Rouen chez Bernard d’Anjou svv le 22 mars 2014 30 380 €.SAM_4051

Frédéric Le Quer