La FED s’exprime

Par Jeudi 30 octobre 2014 Permalink 15

La communication de la Réserve Fédéral Américaine (FED) est de plus en plus sibylline. Chacun y entend ce qu’il a envie grâce à des membres exprimant des options aussi variées que contradictoires sur la suite de la politique économique. Cette cacophonie convient à peu prêt aux bourses mondiales avec des gérants d’actions qui naviguent à vue.

L’intervention du gouverneur de la FED, M. Rosengren, d’il y a deux semaines, avec maintes circonlocutions laissait entendre qu’un quatrième quantitative easing n’avait rien d’impossible. Le même jour Janet Yellen s’alarmait de la montée des inégalités incompatibles avec les valeurs américaines. La contradiction saute aux yeux. L’argent distribué pour palier la crise aboutit dans les poches des plus riches en suintant de façon infinitésimale vers une population qui est la seule à la subir. Jamais dans l’histoire un effondrement comme celui d’une banque n’a autant bénéficié aux milliardaires.

Hier la décision de l’arrêt des rachats d’actifs a été prise. Ne pas le faire eut stressé toute la finance mondiale qui y aurait vu des perspectives économiques américaines particulièrement inquiétantes. Le gonflement de la dette énorme n’est absolument pas en proportion de la croissance économique obtenue.

Le relèvement des taux directeurs semble reporté sine die. Les exégètes du langage de la FED ont toutefois du grain à moudre car leur hausse pourrait intervenir plus tôt que prévue! Comprenne qui peut!

Mais de moins en moins de gens perçoivent une trajectoire cohérente. La situation est telle, l’Europe venant l’aggraver, qu’aucune perspective n’est possible à l’horizon de six mois. Chaque chiffre statistique remet en cause le précédent. La seule réalité est que la pauvreté s’accélère dans tous les pays occidentaux sans véritable drame. Le prix des actifs est le baromètre de la fortune des dominants et tant qu’il reste au beau fixe il ne se passera rien de tragique… pour eux!

La communication des personnalités à travers le monde ressemble de plus en plus au fameux sketch de Coluche où « les milieux autorisés » devraient être « autorisés quand on en sait pas plus que ça » à fermer leur « gueule »…

Frédéric Le Quer

15