Et maintenant la cour de justice de l’UE

Par Vendredi 8 décembre 2017 Permalink 1

La commission européenne a envoyé la Pologne, La Hongrie et la République Tchèque devant la cour de justice de l’Union Européenne pour avoir refusé d’accueillir leur quota de réfugiés durant les quatre dernières années. On sait ce que valent de nos jours ces cours de justice internationales. Ce qui s’est passé avec la Cour Pénal de La Haye concernant les Balkans en est un bon exemple. Ces tribunaux n’existent que pour imposer leur politiquement correct. Ils ne sont en fait rien d’autre qu’une insulte au mot justice.

La volonté farouche de vouloir conserver son identité culturelle est pour l’Union Européenne une infraction grave. Le refus de s’islamiser est donc une attitude répréhensible. Le mondialisme de Junker et ses affidés cherche à s’imposer avec l’autoritarisme dont les pays de l’ancien bloc soviétique qui en font les frais, ont l’habitude. Certes les méthodes changent mais le fond reste le même: sacrifier l’indépendance nationale sur l’autel de l’assujettissement à un polit bureau pour qui la démocratie est de la science fiction. La Pologne et la Hongrie n’ont jamais accepté de recevoir les légions d’étrangers qui ont voulu et veulent toujours pénétrer chez eux. L’esprit d’ouverture des tchèques les a poussés à recevoir douze musulmans. Oui, douze! Rien de bien méchant! Et ce n’est pas parce que Varsovie, Budapest ou Prague refusent de se laisser envahir que nous devons compenser en prenant plus de monde. Non, chez nous ils vont et viennent à leur guise. Notre disparition est tranquillement organisé par Bruxelles néanmoins mécontente que tous les pays d’Europe n’est pas de vocation suicidaire.

Gageons donc que la cour de justice de l’Union Européenne va condamner ces pays. Espérons qu’ils ne cèdent pas car ils deviendront un jour une solution de repli pour les chrétiens de l’ouest. Go east, young man!

Frédéric Le Quer