Erdogan gagne la guerre contre l’UE

Par Mardi 8 mars 2016 Permalink 9

Le sommet de Bruxelles sur les réfugiés entre l’Union Européenne et la Turquie n’a abouti cette nuit à aucun accord et est remis à la semaine prochaine. Erdogan, en position de force, ne cesse de faire grimper les enchères.  en exigeant des conditions de plus en plus dures avant de daigner signer l’armistice. Angela Merkel, de son coté,  fait tout pour faciliter l’envahissement du continent.

A la demande expresse de la chancelière allemande, officiellement la route des Balkans n’est pas fermée même si pratiquement la frontière gréco-macédonienne représente le même blocage que Calais. Avec acharnement et contre aussi bien ses concitoyens que beaucoup de ses partenaires européens, Merkel s’acharne à islamiser l’Europe entière. Les médias font semblant de ne rien voir, mettant en exergue pour l’opinion publique des initiatives sans lendemain, sensées ralentir l’invasion. Mensonges et billevesées! Erdogan, s’il trouve du fil à retordre au sud contre les russes et les kurdes est en train de battre à plat de couture l’Union Européenne, se permettant même de mépriser ses aspirations à la liberté de la presse en fermant manu militari un journal d’opposition. Son pays reste la voie d’entrée des arabes pour leur installation en Europe. C’est son but, c’est l’une des guerre qu’il mène, la plus machiavélique, et c’est celle qu’il est en train de remporter.

Donner des milliards à ce dictateur en cheville avec l’Etat Islamique, cherchant à exterminer sa minorité kurde, est bien une idée de Bruxelles! Qu’attend l’UE, si elle est sincère pour amener quelques navires de guerre entre la Turquie et la Grèce pour tarir cette voie de passage de l’immigration? Se faire respecter est la première des choses à faire avant de négocier. Mais l’Europe est dirigée par un ramassis de lâches bons qu’à décorer des sultans phallocrates et assassins.

Les européens qui refusent de voir leur mode de vie changé, assaillis par les coups de boutoir d’une religion politique, vont devoir bientôt chercher des zones de replis, loin de là où ils vivent actuellement. Avec le nombre des migrants, les islamistes radicaux vont se multiplier, les attentats vont faire de plus en plus grands carnages et la vie va se libaniser. La plupart d’entre nous connaîtra ces jours sombres: ils arrivent à grands pas.

Frédéric Le Quer