Enseignant incompatible avec l’islam

Par Mercredi 19 octobre 2016 Permalink 9

En l’espace de trois quatre jours, un enseignant a été frappé par les frères d’une élève à Argenteuil, une proviseure l’a été à St Denis mais comme cela ne suffisait pas, tout le lycée professionnel a été assailli avec des jets de cocktail Molotov, à Toulouse un élève a cogné son professeur de sport, à Calais deux élèves ont littéralement cassé la gueule de leur professeur d’électronique, à Strasbourg un inconnu est venu tabassé en plein cours un professeur de math, à Lyon tout le corps enseignant du collège lassé des jets de pierre et des tentatives d’étranglement (!!!) à leur encontre s’est mis en grève…

Heureusement le premier ministre Manuel Valls est un dur, un vrai, un tatoué! « L’État poursuivra sans relâche ceux qui s’en prennent à nos professeurs, nos écoles, nos forces de l’ordre ». écrit-il dans un tweet assassin qui a paniqué les banlieues! On le sent prêt à mordiller, à implorer, à prier et à aller demander toujours plus d’argent au Qatar et à l’Arabie Saoudite pour améliorer le confort dans les Zones d’Education Prioritaire qui de fait leur appartiennent. En Tunisie et au Maroc, les professeurs sont aussi les victimes de l’insoumission de leurs élèves. Là-bas, on sait que s’ils continuent à mal se comporter on les enverra en France… Alors personne ne réagit, on laisse faire.

Est-ce que l’islam favorise la bêtise, l’ignorance, la haine et la violence? Indéniablement compte tenu du nombre impressionnant de musulmans et du peu qui émergent avec des diplômes importants, le problème se situe dans ce qui est ancré dans le mode arabe, sa religion qui alimente l’oisiveté, l’indolence, la fainéantise. La rigueur d’un apprentissage quel qu’il soit, qui fait la règle de nos vies en société, et la transmission du savoir ne sont pas e adéquation avec cette culture obscurantiste. Dès qu’on sort du cadre religieux, tout devient au mieux suspect, au pire est totalement ignoré. Ceux qui malgré cela veulent enseigner se voit rejeter. S’ils insistent gare à eux, il leur en cuit!

Le métier d’enseignant n’est pas compatible avec l’islam. A chaque cours, il se heurte à la foi qui est mise au dessus du reste. Tant que l’état s’épuise à concilier la pratique religieuse avec les valeurs de la république, le combat est perdu d’avance. Des dirigeants forts cesseraient de s’occuper de l’islam et sanctionneraient durement toute incartade à la loi française. Ce serait bon pour le pays et pour ceux qui croient pouvoir être dispensés des règles laïques. La manière douce, voire lâche, de Hollande et Valls détruit chaque jour un peu plus les fondements de nos institutions.

Frédéric Le Quer