Encore un petit juif de Sarcelles tabassé

Par Mercredi 31 janvier 2018 Permalink 8

Des jeunes africains de Sarcelles tabassent un enfant juif de Sarcelles. Des pauvres s’en prennent ignominieusement à un autre pauvre, lui en voulant d’être, à leur avis, plus riche qu’eux parce que juif. C’est une aubaine pour les vrais riches à l’écart de cette guerre civile entretenue par le totalitarisme, le racisme, la xénophobie de l’islam et la complicité de nos dirigeants. Ce ne sont pas les blacks, les arabes, les turcs qui sont à blâmer, on l’a bien vu quand ils surent grâce à des leaders éclairés se débarrasser de leurs oripeaux religieux au cours du XXe siècle, c’est ce qu’on leur inculque maintenant, leur bourrage de crâne coranique qui les rend dangereux pour la démocratie.

Avec l’islam et c’est une des raisons pour lesquelles il est si promu par nos élites ploutocratiques, avec l’islam la guerre intérieure entre individus d’une même classe sociale est inévitable. Si être islamophobe est assez naturel (comment ne pas avoir peur de cette religion quand on n’en est pas?), combattre l’islam devrait être un devoir républicain comme les francs-macs de la IIIe république ont combattu le christianisme avec acharnement. Et personne n’en a jamais fait des racistes! Ils incarnaient une modernité contre un archaïsme. En France, l’archaïsme est de nos jours représenté par la religion musulmane. Elle opprime ses fidèles avec un enseignement odieux et met dans l’insécurité les autres. Etre républicain, c’est s’en prendre à toutes les superstitions qui nuisent à la libération des masses, qui se complaisent à les enfermer dans un obscurantisme mortifère. L’islam devrait être l’ennemi de tous les leaders politiques français et européens.

Au lieu de cela les lâches s’écrasent, les élus locaux favorisent l’enseignement du coran, les autorités européennes aident à l’implantation de l’islam sur le vieux continent. Dans la vie quotidienne, les juifs sont agressés aujourd’hui, demain, ce seront les chrétiens, après-demain les laïcs. Ce qui se passe est de plus en plus écœurant.

Frédéric Le Quer