Éloge du déclinisme

Par Lundi 10 juillet 2017 Permalink 4

Le déclinisme agit sur une nation comme un rappel à l’ordre. C’est l’alerte qui encourage un peuple à ne pas accepter ce qu’on lui inflige. « On », ce sont les caciques et ces fabricants d’opinion publique dont le but est de faire ramper tous ceux qui sont en dessous, ceux qu’on croit obscures et sans-grade parce qu’ils restent cois, parce qu’ils ne s’insurgent pas encore. Le déclinisme est l’ennemi des classes dirigeantes, est le salutaire courant de pensée qui obligera inéluctablement les masses à se soulever.

Alors Emmanuel Macron et les bouffons du roi, ces journalistes du Monde, de Slate, de Libération, des chaînes de télé, fustigent, s’insurgent contre le déclinisme qui représente la menace majeure à leur statut de privilégiés. La rébellion qui couve, trouve ses racines dans les profondeurs de la société, dans le sentiment de la population d’être maltraité, de vivre moins bien que ses aînés. Quand ce sentiment n’est pas une vue de l’esprit, quand il est fondé, quand il est corroboré par des chiffres qui ne cessent de montrer le déclassement des classes moyennes, il devient dangereux, il devient séditieux. Mais un sentiment n’est pas en soi révolutionnaire. Pour le devenir il doit être étayé par des intellectuels, il doit être conceptualisé comme les philosophes des lumières ont conceptualisé les inégalités inhérentes à l’absolutisme. Grâce à cette base le déclinisme n’est pas un défaitisme, n’est pas une résignation. Un autre monde se dessine. Un monde d’où seront chassés les ploutocrates mondialistes dont l’enrichissement vient de l’appauvrissement de leurs compatriotes.

Alors la propagande se charge de faire croire que la reprise est là. Régulièrement, une stat sortie du chapeau de magicien des économistes mainstream cherche à le prouver. Faire prendre des vessies pour des lanternes devient un mode de gouvernance. Le grotesque Hollande parlait, il y a quelques semaines « d’un pays plus fort, plus digne, plus soudé, plus cohérent qu’en 2012″! Nos médias expliquent qu’Emmanuel Macron est en train de changer le monde! Tous ces gens et leurs affiliés luttent contre le déclinisme qui remet en cause leurs prérogatives, leurs avantages indus, leur pouvoir. Mais la réalité se manifeste inéluctablement chaque jour davantage des citoyens dont la vie ne cesse d’être plus dure. Le déclinisme en la pointant est le tremplin utile à une société meilleure.

Frédéric Le Quer