Edouard-Marcel Sandoz (1881-1971)

Par Dimanche 20 novembre 2016 Permalink 1

Le sculpteur suisse Edouard-Marcel Sandoz rompt, à l’image de François Pompon, avec la sculpture animalière du XIXe siècle marquée principalement par Antoine-Louis Barry. Son désir de capter l’essence même de son sujet l’amène à le styliser et ainsi se poser en précurseur de la sculpture moderne. Fils d’un capitaine d’industrie hélvète, il étudie à l’école industrielle des arts de Genève en 1901, avant de venir à Paris finir son apprentissage auprès d’Antonin Mercié et de Jean-Antoine Injalbert. Céramique, marbre, bronze, aucun matériau ne lui est étranger.

Si l’artiste réalise sa première sculpture animalière dès 1908 avec pour modèle un hibou, c’est principalement après la première guerre mondiale qu’il s’empare avec cette audace qui fait son charme, de la représentation zoomorphe à travers un large bestiaire. Il fonde la société française des animaliers en 1933. Du marbre, il passe au bronze pour représenter ses animaux dans une posture naturelle. Les œuvres d’Edouard-Marcel Sandoz sont répertoriées dans l’ouvrage que Félix Marcilhac consacre à l’artiste paru en 1993 aux éditions de l’Amateur.

Dans les ventes aux en chères, si l’artiste est moins bien prisé que Pompon, il n’en reste pas moins cher. Le singe en une, bronze à patine brun or, exposé en 1924 à Paris, fondu par Valsuani à la cire perdue (18 x 9,5 x 12 cm) réalisa le 27 mai 2015 chez Delorme, Collin du Bocage SVV à Drouot autour de 21 000 € frais compris. Le magnifique chat ci-dessous, à l’allure égyptienne, fonte de Valsuani à la cire perdue (H: 38,5 cm) fit à Dieppe chez Giffard SVV le 14 septembre 2014 31 800 €sam_2292

Je mets ci-dessous la sculpture de Barry pour voir la différence de traitement d’un même sujet dans la même posture.sam_2295

Le cacatoès perché, tête à droite, crête fermée, ci-dessous, (H: 36 cm), épreuve en bronze à patine verte de Susse frère approcha chez Limoges enchère svv les 20 000 € frais compris, le 29 novembre 2014.sam_2293

Mentionnons les estimations pour le fennec de 30 cm de hauteur entre 18 et 20 mille euros, la perruche de 25 cm de longueur à 12 000 € ou encore l’autre intéressante perruche en bronze perchée sur un plumier à glissière en bois (17,5 x 25 cm) estimé entre 8 et 10 mille euros.sam_2291
sam_2290
sam_2294

Frédéric Le Quer

PS: La gazette Drouot m’a été bien utile pour les informations ci-dessus