Du grand démocrate et du grand financier

Par Vendredi 9 septembre 2016 Permalink 3

Hier, deux éminents personnages sont intervenus devant les médias. Qu’il s’agisse de Mario Draghi, le grand financier ou de François Hollande, le grand démocrate, un point commun ressort de ce qu’ils ont dit: Tout a été fait.

Le président de la BCE compte tenu des règles qu’il s’est lui-même fixées ne peut plus rien faire. En achetant des tonnes d’obligations, il a asséché le marché. Il s’attaquera peut-être un jour au high yield (les anciens junk bond), en tout cas s’il veut continuer dans cette voie, il va devoir être de moins en moins exigeant sur la qualité et changer les règles. Dorénavant les marchés financiers sont totalement hors sol, les actions sans faire de miracle ne s’écroulent pas quelques soient les projections économiques à six mois, un an de pire en pire. La finance vit dans un monde merveilleux jusqu’au jour où la fixation des taux d’intérêt ne sera plus contrôlable qu’elle aille puissamment vers le nord ou puissamment vers le sud… Et ce sera l’Armageddon économique planétaire!

Le président de la république a lui aussi tout fait, compte tenu des lois de la république. Drapé dans une dignité de grand démocrate, il a juré de ne plus rien faire! Le pauvre homme n’ayant jamais été très entreprenant, les citoyens ne verront pas la différence et risquent de continuer à mourir sous les coups des islamistes démunis, désarmés, abandonnés. Les derniers événements de la vie quotidienne sont assez parlants. Trois jeunes filles voilées de la tête au pied ont failli hier soir renversé l’état tant l’affolement était général! Mais pourquoi ces cinglées n’ont-elles pas été incarcéré ou expulsé? Parce que la démocratie exige de voir mourir des honnêtes gens avant d’agir. L’autre jour à Rennes, des migrants ont agressé sexuellement des jeunes bretonnes dans un autobus. Les voyous n’ont pas été expulsé de France manu militari mais mis pour quelques mois en prison et interdit de séjour… En Bretagne!

Décidément, la démocratie vue par la Hollandie, c’est beaucoup de droit pour les délinquants et un seul droit pour le citoyen: celui de se faire tabasser en fermant sa gueule.

Frédéric Le Quer