Du désintérêt de la culture

Par Dimanche 29 mars 2015 Permalink 20

Au début des années 80, par la volonté de François Mitterrand, une certaine idée de la culture française et la fierté de son prestigieux passé artistique ont permis l’acquisition d’œuvres d’art que l’on croit aujourd’hui avoir de tout temps appartenu au patrimoine français. Quelques exemples d’œuvres que nous connaissons tous, entrées dans les collections publiques à ce moment sont ici proposées:

Frans Hals (1581-1666), Le luthiste, Louvre

SAM_0666

Vermeer (1632-1675), L’astronome, Louvre

SAM_0665

Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Buste de noir tendant un arc Dunkerque

SAM_0662

François Boucher (1703-1770), Le jardin chinois

SAM_0667

Odilon Redon (1840-1916), Eve

Plus de deux cents acquisitions datant de cette époque font aujourd’hui la gloire des musées français. Dorénavant les appels à la générosité publique par les musées de plus en plus suivis par un peuple à la recherche de son identité ne compensent pas des arbitrages budgétaires systématiquement en défaveur de la culture. De nombreuses œuvres de première importance aujourd’hui sur le marché sont ignorées par des conservateurs sans le sou! On assiste encore dans ce domaine de la culture à la vision courtermiste de politiciens en aucun cas soucieux de la gloire de leur pays mais arbitrant en fonction d’intérêts électoraux. C’est pourtant à travers cette richesse patrimoniale de la fierté populaire dont il est question, de la fierté d’être français.

Frédéric Le Quer