Draghi tente d’apaiser Schauble

Par Vendredi 22 avril 2016 Permalink 3

Après que Wolfgang Schauble ait déclaré que la banque centrale européenne était à l’origine d’extraordinaires problèmes, telle la montée du parti Alternative fur Deutschland, à cause de la retraite par capitalisation en train de fondre pour les retraités teutons avec les taux zéro, Mario Draghi a raisonnablement calmé le jeu hier en rejetant toute discussion sur la monnaie Hélicoptère, celle qu’il avait trouvé intéressante, il y a seulement six semaines.

Donc, bien que le président de la BCE revendiquât hier son indépendance en estimant que sa politique ne pouvait pas être uniquement en fonction des intérêts allemands, il s’astreignit à contenter le ministre de l’économie d’Angela Merkel, au moins sur ce point. Une remontée des taux reste cependant de la science fiction. L’économie raplapla, appelée stagnation séculaire par certains, n’est absolument pas en mesure de supporter une raréfaction de l’argent qui inévitablement diminuerait encore la consommation, augmenterait le chomage, appauvrirait les ménages.

Il n’en demeure pas moins que la BCE a atteint les limites de sa politique monétaire. Elle acquerra, c’est une nouveauté, des obligations d’entreprise dans quelques mois et augmentera ainsi leur valeur en faisant baisser les taux. Mais Draghi qui se targue d’être no limit, n’en est pas moins arrivé au bout des options monétaristes. La relance de la croissance est maintenant entre les mains des politiques et c’est là qu’apparaît dans toute son ampleur l’inanité de la zone €: Une  politique monétaire, mais autant de politiques économiques qu’il y a de pays ayant la monnaie unique!

La réunion d’hier a juste permis de relativiser pour un moment les déclarations conflictuelles du weekend dernier entre les allemands et une BCE qu’ils avaient exigé indépendante du pouvoir politique lors de sa création mais qu’ils aimeraient maintenant  voir soumise à la Bundesbank! Plus la situation économique se dégrade plus la possibilité de voir les contours de la zone € évolués se précisent. La rivalité d’égo de la semaine dernière n’était qu’une escarmouche par rapport à ce qui s’annonce dans quelques mois.

Frédéric Le Quer