Donald Trump pour la première fois en tête

Par Mardi 26 juillet 2016 Permalink 1

CNN a sorti le premier sondage qui donnait Donald Trump victorieux à la prochaine élection présidentielle aux États Unis. 48-45, on est évidemment encore dans la marge d’erreur, mais la tendance est bien plus favorable que pour Hilary Clinton.

Les deux candidats ne peuvent ni l’un ni l’autre faire croire en l’unité de leur parti derrière eux. Si les Républicains sont divisés, les démocrates montrent non seulement leurs divergences mais aussi les magouilles qui ont prévalu pour essayer de ruiner la candidature de Bernie Sanders. Le résultat est calamiteux et beaucoup de supporters de Sanders ne veulent pas se rallier à Clinton qui fut huée par une partie d’entre eux quand leur leader prononça son nom lors de son discours de ralliement. Hilary Clinton correspond à 40 ans de vie politique américaine, 40 années durant lesquelles la classe moyenne qui faisait la force du pays a été petit à petit laminée.

Alors avec Donald Trump, personne n’a rien a perdre à l’essayer. Il rejette la mondialisation et ses grandes organisations comme l’OMC. Poutine, présentée ridiculement comme le grand Satan russe, ne lui déplaît pas ce qui apaisera les tensions mortiferes inutiles entre l’est et l’ouest. Il refuse cette soumission invraisemblable à l’islam qui détruit les fondements de la démocratie. Les USA avant tout, dit-il en substance, en prônant un repli sur soi qu’attendent les américains submergés par l’immigration et touchés par la pauvreté qui en découle toujours. Le partage des richesses, c’est systématiquement moins pour la population d’accueil, un peu plus pour celle qui est reçu et l’accroissement d’une fortune sans fin pour les riches. C’est d’ailleurs pour cette dernière raison qu’on nous la vend, nous la vante, nous l’impose.

Donald Trump est une bouffée d’oxygène. Son éventuelle élection aurait des répercussions sur la planète entière et d’abord en Europe. Après le Brexit, les anglo saxons instigateurs de la mondialisation montreraient la voie de la réaction: Un salutaire retour aux frontières redonnant ses lettres de noblesse à la démocratie occidentale.

Frédéric Le Quer