Dominique

Par Mardi 6 décembre 2016 Permalink 1

Dominique est la raison sociale d’André Domin (1883-1962) et Marcel Genèvrière (1885-1967), deux ensembliers majeurs de l’entre-deux-guerres qui s’associèrent en 1922. Hier 5 décembre, à Drouot, chez Millon SVV, une rare lampe de table comme dit le catalogue, (50 cm) à fût en métal nickelé, profilé en ailes d’avion sur base à gradins avec un abât-jour en tissus (photo en une) se vendit après une dure bataille entre deux téléphones environ 27 500 € frais compris alors que l’estimation ne tournait qu’autour de mille euros.

La maison Dominique en rupture avec l’esprit ornementale caractérisant l’art nouveau est particulièrement prisée pour ses meubles art déco. Avec, nous renseigne la Gazette Drouot, « l’orfèvre Puiforcat, les ébénistes Legrain et Chareau, et le joailler Templier, ils constituent en 1927 le groupe des cinq dont l’objectif est de rénover l’art décoratif français. Sept ans plus tard la maison Dominique réalise les aménagements intérieurs pour les appartements de grand luxe du paquebot Normandie. Elle fournit aussi une clientèle privée avide d’un mobilier d’avant-garde » Pierre Kjellberg écrit dans « Le meuble français et européen du moyen-âge à nos jours »: « Les meubles de Dominique allient des formes droites et robustes, d’esprit cubiste, à une ébénisterie toujours de premier choix. » « Angles nets, droites, courbes élégantes. Placage de bois et autres matériaux précieux et décors discrets limités parfois à de fines moulures ». Voir meuble ci-dessous vers 1930 gainé de galuchat sur une structure de palissandre de la collection Marcilhac.sam_2519

A Bordeaux, chez Mes Blanchy, Lacombe, Me A. Courau, la commode ci-dessous ouvrant à trois rangs de tiroirs, estampillées au fer H 85,5 L 109 P 48 cm fut adjugée frais compris le 4 décembre 2013 33 600 €.sam_2521

Frédéric Le Quer