Des réfugiés, encore et encore…

Par Vendredi 15 mai 2015 Permalink 15

L’idée de Junker, président de la commission européenne, d’imposer des quotas de réfugiés, le mot réfugié est politiquement correct dorénavant à l’inverse de celui d’immigré, à chaque pays européen est un scandale de plus à mettre dans l’escarcelle d’une union qui prône avec acharnement la désunion des cultures et des citoyens.

A croire les démographes et les économistes, personnages suspects s’il en est, certains pays auraient besoin d’un accroissement de leur main d’oeuvre alors que d’autres pas. Cette antienne est serinée par le monde ultralibérale pour tenter de démontrer « scientifiquement », bien sûr, le bien fondé de l’immigration. Ceci est calculé en fonction du taux de natalité dans chaque état. On ne voit donc pas objectivement ce qui justifierait que la France reçoivent un nombre équivalent de réfugiés que l’Allemagne par exemple, compte tenu du sien que les médias ne cessent de glorifier. Seuls les pays dont le taux de natalité ne permet pas le renouvellement de la population devraient être concernés selon les théories qu’on nous inflige. Mais comme d’habitude quand les théories ne s’accordent plus exactement, deviennent trop restrictives, les dirigeants tripatouillent tout ça pour faire passer la pilule aux citoyens. Leur seul but est de déraciner la population en la noyant dans un flot continu de migrants. Leur seul but est la fabrication de l’homme nouveau, au plus vite, apatride, inculte mais consommateur. Certes petit consommateur mais la masse engendrera le profit, les petits ruisseaux faisant les grandes rivières.

L’Afrique aura d’ici une trentaine d’années une population de deux milliards et demi d’êtres humains. Ce continent, de tout temps peu peuplé, connait maintenant une explosion démographique qui va submerger l’Europe dans les prochaines années si rien n’est fait pour le stabiliser politiquement et économiquement. Et rien ne sera fait, n’en doutons pas! Les pays européens devraient pourtant se protéger dès aujourd’hui.

Certains respectant encore leur population, comme l’Angleterre, le Danemark, l’Irlande ou la Hongrie refusent énergiquement ce nouvel oukaze de Bruxelles. Le gouvernement français toujours dans la haine de son peuple est prêt en revanche à s’y plier avec délectation pour faire plus vite sombrer notre pays.

Frédéric Le Quer