Des hordes de migrants

Par Lundi 20 avril 2015 Permalink 27

Le naufrage des 700 migrants semble la goutte d’eau qui fait déborder le vase. L’Union Européenne se scandalise face au charnier que devient la Méditerranée. Tragédie, solidarité, partage sont les mots employés par les médias et les politiques. Bref, tout le monde larmoie et s’apitoie dans des séquences dégoulinantes de bons sentiments orientées pour que les populations réclament à corps et à cri qu’on laisse passer l’Afrique entière en affrétant la flotte de Costa Croisière.

Donc l’Afrique subsaharienne et le monde arabe arrivent. Personne ne les attend. Personne ne les désire.Personne n’a rien à leur proposer. L’Italie, en première ligne, demande à la cantonade des aides de toutes sortes mais la plupart des migrants ne reste pas dans le pays qui leur donne les papiers nécessaires pour se déplacer dans tout l’espace Schengen et leur souhaite bon vent le plus vite possible. En fait l’Italie n’est qu’un pays de transit qui ouvre la porte au reste de l’Europe. Le reste de l’Europe, en réalité c’est beaucoup nous! L’Allemagne a décidé de piller l’intelligence des pays en voix de développement avec le principe de l’immigration choisie. Médecins, ingénieurs, professeurs sont reçus royalement. En revanche les autres ne restent pas car ils sont le plus souvent rejetés par la population. Même les turcs présents depuis de longues années quittent le pays!

Alors s’il est possible qu’en proportion du nombre d’habitants nous ne soyons pas la première destination, en valeur absolu, si! Nous accueillons toute la misère du monde et ce serait bien d’être un peu relayé. Hélas les autres pays telle l’autruche mettent le tête dans le sable. Le Royaume Uni, lui, construit des grilles sur notre sol pour être sûr que les migrants restent bien en France.

Quand l’Europe décidera-t-elle d’une véritable campagne incitant les gens à rester chez eux, leur montrant que ce n’est pas le paradis qu’il pense, qu’ils doivent avant tout se battre pour leur pays? Sans doute jamais car au lieu de ce genre d’action, les européens sont continuellement culpabilisés. La mort dramatique des réfugiés leur est imputée par des mondialistes qui voit l’occasion d’avancer leurs pions. Alors l’envahissement de l’Europe est en train de faire perdre toute identité au vieux continent.

Frédéric Le Quer