Démondialisation, l’avenir de l’homme

Par Mardi 6 septembre 2016 Permalink 7

L’étonnement qu’a suscité le vote sanction des allemands à l’encontre d’Angela Merkel n’a d’égal que l’inconscience des élites européistes à l’égard de l’état d’esprit des européens. Clairement les citoyens ne veulent pas plus des migrants que d’une mondialisation anti démocratique qui n’a de cesse d’éloigner le citoyen des organes décisionnels.

La démondialisation a donc incontestablement le vent en poupe. En Autriche pour la présidentielle invalidée qui se rejoue dans quelques semaines, l’écologiste qui avait soi-disant gagné est devancé d’au moins 6 points dans les sondages par le souverainiste Norbert Hofer. En Italie Matteo Renzi qui avait mis son poste de président du conseil en jeu pour le référendum qu’il organise sur le bien fondé de son action politique, la joue maintenant profil bas et ne parle plus de démissionner si il perd! Les sondages sont très incertains, le soutien du patronat italien et de Bruxelles ne faisant pas une majorité! Et puis il y a les USA avec la présidentielle qui va donner la tendance au niveau planétaire. Trump qu’en août les bien pensants disaient fini est en fait au coude à coude avec Clinton et les semaines à venir seront décisives.

En France, la propagande bat son plein. La presse subventionnée cherche à nous faire croire que le courant de la démondialisation concerne avant tout les milieux ruraux et périurbains composés de « petits blancs déclassés ». Le jour où les petits blancs déclassés viendront pendre haut et court quelques journalistes qui ne vivent que des impôts que ces fameux petits blancs paient, leurs expressions se feront plus respectueuses à l’égard de leurs concitoyens… Le gouvernement de son coté tente de faire croire que les négociations commerciales transatlantiques se sont terminées par un refus de sa part. Complètement faux, complètement mensonger! Les négociations continuent et Hollande donne toujours son feu vert à la commission européenne pour discuter. Seulement maintenant, moi président veut prendre des airs souverainistes par opportunisme pour les prochaines élections. Personne ne sait plus où il en est, pas même lui! Entre les attentats, le chomage et les travailleurs pauvres, même le premier ministre réclame un cap. Quelle bande de nullards!

Donc la sanction de l’électorat allemand n’est qu’un avant gout des « surprises » électorales qui vont venir. La démondialisation est le courant politique des années à venir et ça veut dire avant tout que les peuples veulent reprendre la main sur leur destin. Il était temps.

Frédéric Le Quer