Décapitation et islamisation

Par Samedi 27 juin 2015 Permalink 29

La décapitation d’un citoyen français sur le sol français pour des raisons religieuses est un événement extraordinaire. Les guerres de religion au XVIe siècle entre catholiques et protestants ont offert ce genre de spectacle. Mais la révolution entre 1792 et 1794 si elle pouvait avoir des raisonances anticléricales montrait surtout un dur conflit entre classes sociales. Et depuis, hormis dans la rubrique des faits divers, jamais, sauf erreur, une chose pareille ne s’est produite.

Donc il faut reconnaître que nous sombrons doucement mais surement. Les reportages émasculés concernant l’entourage du bourreau persistent toujours dans la même veine. Des voisins et des membres de la famille s’étonnent que l’assassin soit cette personne si gentille et serviable aimant tant ses enfants! L’idée d’un égarement voire d’une erreur judiciaire tente d’être insinuée dans les esprits. Mais ces gens démontrent surtout, à leur dépens, que n’importe lequel d’entre eux est un terroriste en puissance. Avec cette façon dont ils font bloc derrière leur alter ego, le tueur, c’est tout un milieu qui cherche avec ses mots à faire douter le reste de la population et à banaliser l’horreur car il est sur la voie de la compréhension et de l’identification. Bien sûr, toujours les mêmes personnalités bien payées pour le job, vont sincèrement ou cyniquement ensuite se répandre sur les plateaux de télévision pour exprimer ce qu’est l’islam en vrai d’après eux et ils seront relayés par la troupe des bien pensants, rampante et servile, prête à adorer n’importe quelle idole du moment qu’elle en profite.

Pendant ce temps médiatique, incontournable et systématiquement identique au précédent,  le chef de l’état et le gouvernement refont le coup de l’appel à l’unité nationale. C’est du réchauffé, certes, mais ça a si bien marché en janvier! « Aimez vous les uns les autres », « embrassons nous Folleville! », et le planétaire « Je suis Charlie » sont rappelés à la rescousse d’un état qui se décompose et dans lequel l’ethnicisation avance à toute vitesse. Si les frontières de la France sont des passoires, d’autres frontières s’instaurent à l’intérieur du pays entre deux territoires et sont de plus en plus étanches. De là partent des banderilles décidées de l’étranger et tirées par des individus qui permettent de faire avancer l’idéologie religieuse qui les anime. Pendant que notre sol est attaqué de l’intérieur, pendant que des imprécations toujours plus violentes sont lancées contre des français et alors qu’elles sont suivies d’effets,  les dirigeants dépassés s’aplatissent proposant subsides, école à la carte, logements et réglementations spécifiques pour ne surtout pas heurter nos envahisseurs.

Français, faites-vous décapiter dans le calme et la tolérance! C’est le programme des années à venir.

Frédéric Le Quer