Décantation des élections présidentielles

Par Vendredi 10 février 2017 Permalink 1

Les forces en présence pour l’élection présidentielle apparaissent au travers des programmes des candidats. Trois blocs se distinguent. Un quatrième n’est pas sérieusement représenté et c’est dommage.

Tout de suite l’option politique qu’aucun postulant de premier plan n’incarne vraiment. Les souverainistes soutenant une politique de l’offre comme Donald Trump par exemple, n’ont pas l’heur d’avoir de candidat capable de représenter sérieusement ce courant. Il y aura la candidature de témoignage de Dupont Aignan qu’il est probablement possible de rattacher à cette pensée même si ce dernier n’est pas très clair. Pourtant bien expliqué, les citoyens souhaitant une politique libérale favorisant les entreprises au sein d’un cadre national, dans un pays circonscrit à ses frontières et rejetant l’immigration massive sont surement nombreux. D’une certaine manière c’est le choix fait par les britanniques.

Les mondialistes soutenant une politique de la demande, i.e. avec hausse des minima sociaux et du smic dans un pays sans frontière ouvert à toutes les migrations de populations sont représentés par Hamon et Mélenchon. A eux deux ils sembleraient faire un quart de l’électorat si on en croit les sondages. C’est beaucoup car s’ils s’entendaient l’un d’eux pourrait arriver malgré l’incohérence totale de leur projet au deuxième tour de l’élection présidentielle.

Le souverainisme associé à une politique de la demande est bien sûr représenté par Marine Le Pen. Le Front National s’y est converti sous l’influence de Philippot pour rameuter l’électorat populaire et ne pas lui faire peur. Ce choix autorise Les Républicains à placer la candidate à gauche. L’axe principal du programme est néanmoins basé sur le recul de l’immigration. C’est ce qui fait que les gens voteront pour elle. La difficulté est que cette politique ne peut passer que dans une rupture avec l’Union Européenne. Si un tiers des français sont prêts, les autres ont encore peur.

Enfin les mondialistes avec leur politique de l’offre cohérente sont représentés par Fillon et Macron. Leurs opinions sont soutenues par toute la classe médiatique, toutes les grandes entreprises. A l’évidence rien ne changera vraiment avec ces candidats fondamentalement conservateurs. C’est la France choisie lors de Maastricht qui perdurera 5 années de plus. Ils rallient à eux deux moins de 50% des suffrages au premier tour de la présidentielle. C’est très peu et cela révèle l’exaspération des citoyens vis à vis de ce qui leur est asséné matin midi et soir.

Les élections présidentielles ne sont pas joués même si le courant mondialiste + politique de l’offre tient la corde…

Frédéric Le Quer