De la croissance à l’effondrement final

Par Mardi 16 février 2016 Permalink 6

Alors que Michel Sapin s’auto-félicite de la croissance qui reprend en France d’après lui, juste hier, par exemple,  la compagnie aérienne low cost, Air Méditerranée, a définitivement cessé ses activités en laissant 220 employés sur le carreau et dans la même journée un plan de licenciement concernant une soixantaine de salariés était révélé au sein du journal l’Equipe, plus exactement la branche télévisuelle..

Destruction créatrice! Hurlent les schumpeteriens. Mouais… Surtout destruction avec chomage de masse qui s’accentue et baisse du chiffre d’affaire des petites et moyennes entreprises. Au niveau création, il reste surtout la queue ininterrompue chez Uber France pour obtenir une licence de VTC et les parts du gâteau du business de chauffeur de limousine diminuent comme peau de chagrin… L’économie sociale et solidaire ou l’économie collaborative tiennent plus de la paupérisation du travailleur que du rêve américain!

Aucun relais de croissance n’apparaît réellement à l’horizon. Le gouvernement a beaucoup cru aux cars d’Emmanuel Macron servant au transport des passagers pauvres, une belle et grande idée de gauche, une sorte de renouvellement des congés payés de 36, mais le secteur s’annonce moins porteur que prévu et surtout dangereux… Le gouvernement mise maintenant tout sur les stages pour les jeunes, pour les vieux, pour ceux en fin de droits, pour ceux en début de droits, enfin pour tout le monde, payés grâce au déficit public toléré par Bruxelles à cause de nos guerres en Afrique et au moyen orient. L’idée sublime est de faire comme si on utilisait de l’argent qu’on n’a pas, à guerroyer pour la sécurité de l’Union Européenne, c’est noble, c’est courageux, c’est altruiste,  mais de le détourner en réalité vers le social, genre ni vu, ni connu, j’t’embrouille, tout en continuant quelques bombardements pour donner le change!

Notre gouvernement de pieds nickelés est complètement perdu. L’apathie de l’opposition fait peur. Ses leaders devraient taper comme des sourds sur nos dirigeants et au lieu de ça, on ne les entend pas! Par ailleurs, la plupart des banques européennes frôlent l’insolvabilité avec un ratio de capitalisation pondéré par les risques de… 4%, i.e. à la moindre anicroche c’est la catastrophe! Heureusement Mario Draghi s’exprime et calme les marchés quelques jours. L’année dernière il réagissait avec un cac à 4500 points. Aujourd’hui la zone des 3800 points le pousse à parler. Dans quelques temps ce sera celle des 3000 points puis des 2000… Jusqu’à l’effondrement final qui approche à pas de géant.

Frédéric Le Quer